Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
DGAPR

Le programme "Moussalaha" (Réconciliation), lancé par la Délégation générale à l'Administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) en faveur des détenus impliqués dans des affaires d'extrémisme et de terrorisme, s’assigne pour objectif de les encadrer et les réhabiliter psychologiquement et intellectuellement pour leur permettre de se comporter de manière appropriée avec les différentes composantes et les institutions de la société, et leur assurer une bonne intégration sociale.
Dans son rapport d'activité 2017, la DGAPR souligne que ce programme, élaboré en partenariat avec la Rabita Mohammedia des Oulémas et le Conseil national des droits de l’Homme (CNDH), est basé sur une approche scientifique qui s'ajoute aux différents efforts déployés au niveau national visant la lutte contre le terrorisme et l'extrémisme, dans le cadre d’une approche anticipative et sécuritaire, ayant pour but l’immunisation spirituelle et la lutte contre la vulnérabilité.

Education inclusive

Un total de 850 enfants en situation de handicap ont bénéficié du projet "L'éducation des enfants en situation de handicap au cœur des dynamiques du développement territorial au Maroc", mis en œuvre par l'organisation "Humanité et inclusion" pour l'éducation inclusive et financé par l'Union européenne. Le projet, dont les résultats ont été présentés lundi lors d'une conférence organisée sous le thème "Education inclusive : bonnes pratiques et défis pour l'adaptation des examens aux besoins spécifiques des élèves handicapés au Maroc", a permis la mise en place d'actions de renforcement des compétences des acteurs locaux à travers des initiatives sociales pratiques de proximité, l'équipement d'un certain nombre d'établissements d'enseignement primaire et de centres spécialisés et la formation, la sensibilisation et l'accompagnement de 15 conseillers d'orientation des services sociaux et de près de 250 professionnels de l'éducation et 35 directeurs d'écoles. Lancé en 2016 par les régions de Rabat-Salé-Kenitra et Sous-Massa, ce projet a permis également d'appuyer la coordination et la concertation entre les acteurs pour des politiques locales d'éducation inclusive et de diffusion de la culture de la différence et de l'inclusion.

Baccalauréat

Le nombre de détenus ayant réussi l'examen du baccalauréat (juin-2018) dans les différents établissements pénitentiaires a atteint 168 sur 766 candidats, soit un taux de réussite de 22%, a indiqué la Direction générale de l'administration pénitentiaire et de la réintégration (DGAPR). Citant les données du ministère de l’Éducation nationale, la DGAPR note, dans un communiqué, que 26% des candidats ayant réussi leur épreuve ont obtenu une mention assez bien à très bien, ajoutant que 314 détenus, soit 53% du total des non-admis, passeront le rattrapage. Dans ce sens, la DGAPR souligne sa volonté de consacrer le rôle éducatif des établissements pénitentiaires et de déployer les efforts pour faciliter l'intégration des détenus.

Jeudi 28 Juin 2018

Lu 213 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés