Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
DGSN
La DGSN a démenti de la manière la plus catégorique les allégations proférées contre ses fonctionnaires par la dénommée Amal Houari qui a prétendu, dans un post publié sur son compte Facebook, que des éléments de la police en civil ont mené des investigations au sujet de la réputation de son époux au sein de l'immeuble où elle réside. Dans une mise au point publiée mardi pour éclairer l'opinion publique nationale et lever tout équivoque que peuvent susciter ces allégations, la DGSN tient à souligner qu'il ne s'agit nullement d'investigations au sujet de la réputation de l'époux ou de tout autre membre de la famille de l'intéressée, mais d'une simple procédure de remise à l'intéressée et à trois autres femmes, de documents judiciaires émanant du parquet près la Cour d'appel de Casablanca.
La DGSN relève qu’il n’était question que de l'application d'ordonnances judiciaires et que les interventions des éléments de la police sont réglementées par la loi, encadrées administrativement et soumises à plusieurs niveaux de contrôle et ont pour finalité principale servir le citoyen, garantir sa sécurité et protéger ses biens.

Sécurité routière
Mobilité Club Maroc a fait appel au pilote marocain, champion d'Europe 2017 de Formule 2.0 NEC, Michael Benyahia, pour transmettre les messages de la sécurité routière, a-t-il indiqué, mardi, dans un communiqué.
Michael Benyahia a accepté d'inciter le public de la Coupe du monde FIA des voitures de tourisme (WTCR) à réduire leur vitesse au volant, a annoncé Mobilité Club Maroc, relevant que cette initiative entre dans le cadre de "Slow Down", l’action lancée à l’occasion de la quatrième Semaine mondiale de la sécurité routière des Nations unies qui s’est tenue du 8 au 14 mai 2017. Par le biais de MCM, Michael Benyahia participe à ce mouvement de grande envergure qui appelle à une action urgente en matière de gestion de la vitesse afin de réduire de 50% les décès et les traumatismes dus aux accidents de la route d’ici 2020.

Enseignement
Le nombre d'élèves étudiant la langue amazighe dans les différents établissements d'enseignement relevant de la direction provinciale du ministère de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique de Salé, a atteint, au titre de la saison scolaire 2017-2018, le nombre de 6914, dont 3372 filles, répartis sur 219 classes. Quant au nombre des cadres pédagogiques spécialisés dans l'enseignement de la langue amazighe, il est de 28 professeurs au primaire, indique un communiqué de la direction provinciale, ajoutant que cette dernière s'engage à élargir cette offre et renforcer le personnel de l'équipe pédagogique, à travers notamment le recrutement de nouveaux enseignants contractuels et l'ouverture de nouveaux centres pour l'enseignement de cette langue dans les établissements d'enseignement publics.

Vendredi 13 Avril 2018

Lu 218 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés