Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Braquage
 
Les éléments de la police judiciaire du district de sûreté de Dakhla ont arrêté, samedi soir, deux individus ayant des antécédents judiciaires, âgés de 20 et 29 ans, pour leurs liens présumés avec un réseau criminel actif dans le vol avec violence et sous la menace de l'arme blanche.
Les suspects, qui étaient en état d'ébriété avancée, ont été interpellés à bord d'une voiture légère, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, précisant que l'opération de pointage dans la base de données des personnes recherchées a révélé que l'un des mis en cause faisait l'objet d'un mandat de recherche national pour son implication directe dans une affaire de vol avec violence ayant ciblé l'un des clients d'une agence bancaire dans la municipalité d'El Marsa à Laâyoune.
Selon les informations préliminaires de l’enquête, le suspect principal est impliqué dans le vol d'une somme de 26 millions de centimes dès que la victime a quitté l'agence bancaire sise à la municipalité d'El Marsa à Laâyoune, le 29 janvier dernier.
Les mis en cause ont été placés en garde à vue à la disposition de l'enquête menée par le service préfectoral de la police judiciaire de Laâyoune, sous la supervision du parquet compétent, en vue d'élucider les tenants et aboutissants des actes criminels qui leur sont reprochés.

Enquête

Un individu placé en garde à vue dans le cadre d’une enquête judiciaire pour son implication présumée dans une affaire de coups et blessures à l'arme blanche est décédé, tôt dimanche, à l’hôpital provincial de Settat, apprend-on auprès de la préfecture de police de la ville.
La police judiciaire a placé le suspect en garde à vue sur ordre du parquet compétent à la disposition de l’enquête pour son implication dans une affaire de coups et blessures à l'arme blanche en raison de conflits de voisinage, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) dans un communiqué, ajoutant que le mis en cause a affirmé, lors de sa garde à vue, qu’il avait ingéré de la mort-aux-rats avant son arrestation, croyant que la victime est décédée, ce qui a nécessité son transfert en urgence à l’hôpital pour recevoir les soins nécessaires avant son décès.
Le service préfectoral de la police judiciaire de Settat a ouvert une enquête sous la supervision du parquet compétent, précise la même source, relevant que plusieurs co-détenus placés en garde à vue auxquels le suspect a confié qu’il a ingéré la substance toxique ont été entendus et que les enquêtes et expertises scientifiques ont été menées. La dépouille a été déposée à la morgue pour autopsie, conclut la DGSN.

Mardi 11 Février 2020

Lu 1087 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif