Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Santé

La ville d'Essaouira a abrité le week-end dernier les travaux des 22èmes Journées franco-marocaines d'urgences et de réanimation néo-natales et pédiatriques, avec la participation de 138 praticiens marocains et d'autres étrangers en provenance de France et de Suisse.
Ce conclave de trois jours a servi d'espace d'échange d'expériences et d'expertises mais aussi de remise à niveau en ce qui concerne les dernières nouveautés dans le domaine de l'urgence et de la réanimation. Il a, en outre, offert l'opportunité aux participants de débattre des politiques générales à mettre en œuvre en dehors de la prise en charge pour que les petits enfants puissent naître en très bonne santé.
Approché par la MAP, le président de la Société marocaine d'urgences et de réanimation néo-natales et pédiatriques (SMURNEP), Hassan Afilal, s'est félicité de l'excellente organisation de cette manifestation scientifique et médicale, notant que cette formation continue revêt une importance cruciale en ce sens qu'elle permet de doter les praticiens et spécialistes des meilleurs moyens et méthodes à même d'agir efficacement pour réduire le taux de mortalité infantile, mais aussi pour réduire les risques des handicaps et séquelles qui peuvent être engendrés.

Colloque

Des dizaines d’experts nationaux et internationaux se sont attelés, les 1er et 2 juillet à Tanger, à l’examen de la problématique de la formation et de l’intervention sociale dans le domaine du handicap, qui appelle de plus en plus à une approche holistique capable de garantir l’intégration efficace et en douceur des personnes vivant dans cette situation.
La rencontre, organisée par l’Institut national de l’action sociale (INAS), sous l’égide du ministère de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, vise à faire la lumière sur les efforts consentis pour promouvoir la formation et la recherche scientifique dans ce domaine, et à débattre des problématiques relatives à la formation aux métiers de l’action sociale.
Outre l’enrichissement du débat public en la matière, cette rencontre ambitionne de "renforcer le partenariat qui nous lie avec les différents intervenants, et de favoriser un environnement propice à la promotion de ces partenariats avec les intervenants institutionnels et sociaux, qui jouent un rôle clef dans ce domaine, ainsi qu’avec les centres de recherche et de formation", a déclaré la ministre de la Famille, de la Solidarité, de l’Egalité et du Développement social, Bassima Hakkaoui.
La ministre a rappelé que la Constitution marocaine a consacré l’importance accordée à la question du handicap, et donné un nouvel élan à l’intérêt porté à cette question, ajoutant que le Maroc s’est pleinement engagé dans le chantier international de protection des droits des personnes en situation de handicap.

Mercredi 3 Juillet 2019

Lu 473 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif