Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers




Divers
Fès
La Brigade régionale de la police judiciaire de Fès a arrêté jeudi deux individus, dont un étudiant à l'Université Sidi Mohamed Ben Abdellah de Fès, pour leur implication présumée dans une affaire d'usurpation d'identité et escroquerie, indique la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Cette opération s'inscrit en marge de l'enquête judiciaire ordonnée par le parquet au sujet d'un enregistrement vocal divulgué sur l'application mobile WhatsApp et relatif à l'inscription au cycle du master, précise la DGSN dans un communiqué.
Les enquêtes et investigations menées ont permis d'appréhender l'individu qui prétendait recourir à une intervention frauduleuse dans les opérations d'inscription au cycle du master. Il s'agit d'un étudiant dans la même université, souligne la même source, faisant également état de l'arrestation du proche de ce dernier qui jouait le rôle d'intermédiaire pour commettre ces actes criminels.
Les deux mis en cause ont été placés en garde à vue pour les besoins de l'enquête menée dans cette affaire, tandis que six autres personnes, soupçonnées d'être en lien avec cette affaire, ont été auditionnées avant d'être déférées devant la justice en état de liberté, ajoute la DGSN.
La même source assure que la Brigade régionale de la police judiciaire de Fès poursuit ses recherches et investigations dans cette affaire sous la supervision du parquet compétent afin d'arrêter toute personne impliquée dans ces actes criminels cités dans l'enregistrement vocal, outre la détermination des responsabilités pénales attribuées à toute personne suspecte.

Casablanca
Les services du district de police de Hay Hassani à Casablanca ont interpellé vendredi soir trois individus, dont un aux multiples antécédents judiciaires, pour leur implication présumée dans une affaire d'enlèvement, de séquestration et de viol avec violence.
Les services de sécurité avaient été contactés par trois personnes, dont deux filles qui affirmaient avoir été attaquées par les prévenus qui circulaient à bord d'une voiture légère, indique samedi un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN), ajoutant que les deux filles ont réussi à prendre la fuite alors que leur copine a été kidnappée.
Les recherches et investigations effectuées par les services de sécurité ont permis d'identifier les suspects qui ont été arrêtés à Dar Bouazza et Errahma, précise la même source, ajoutant que la même intervention a permis de libérer la victime qui a affirmé avoir été violée par l'un des assaillants.



 

Lundi 27 Août 2018

Lu 397 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés