Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers Economie




Déficit du compte des transactions courantes de la balance des paiements à fin juin

La balance des paiements enregistre un déficit du compte des transactions courantes de 38 milliards de dirhams (MMDH) à fin juin 2017, contre 23,8 MMDH durant la même période un an auparavant, selon l'Office des changes.
Cette évolution s'explique par l'augmentation du déficit des transactions au titre des biens de 5,1 MMDH et du revenu primaire de 4,2 MMDH, conjuguée à la baisse des excédents au titre des services de 2,6 MMDH et du revenu secondaire de 2,3 MMDH, précise l'Office des changes dans un communiqué sur les résultats des échanges extérieurs à fin juin 2017.
Par conséquent, le déficit du compte courant est financé par les flux nets de capitaux au titre des investissements directs, des crédits commerciaux, des prêts, ainsi que par recours aux avoirs de réserve de l'Institut d’émission, a noté la même source. Concernant la position extérieure globale, qui reflète la situation patrimoniale de l’économie marocaine vis-à-vis du reste du monde, elle fait ressortir une situation nette débitrice de 710,7 MMDH contre -690,5 MMDH à fin mars 2017, a indiqué le communiqué, précisant que cette situation résulte principalement de la baisse de l’encours des avoirs financiers (-4,4%).
En revanche, les engagements financiers, bien que plus considérables que les avoirs financiers, demeurent stables (+0,4%), a relevé l’Office des changes, qui explique la baisse de l’encours des avoirs financiers essentiellement par la régression de 38,7 MMDH des avoirs de réserve.
Cette baisse a été toutefois atténuée en partie par la hausse enregistrée au niveau du stock de la composante "autres investissements", a ajouté la même source.
S'agissant de la stabilité des engagements financiers (1.067,8 MMDH contre 1.064 MMDH à fin mars 2017), elle résulte de l’atténuation de l’accroissement de 14,2 MMDH de l’encours des investissements directs étrangers par les baisses respectives de 7,3 MMDH et de 3,2 MMDH des encours de la composante "autres investissements" et des investissements de portefeuille, fait savoir le communiqué.

L’IFMEREE.sa et ENGIE s’associent pour promouvoir
la formation dans les secteurs des énergies renouvelables


Engie North Africa et la société en charge de la gestion des Instituts de formation aux métiers des énergies renouvelables et de l’Efficacité Energétique (IFMEREE.sa) ont conclu, le 25 juillet 2017 à Casablanca, une convention de partenariat pour la promotion de la formation et de l’innovation dans les secteurs des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.
En vertu de cette convention, les deux partenaires œuvreront en synergie pour initier et développer des actions de formation, de promotion de la Recherche & Développement et de sensibilisation aux métiers verts, notamment, au service des métiers des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique.
ENGIE contribuera à l’employabilité et à l’insertion professionnelle des stagiaires issus des cursus de formation des instituts et apportera à l’IFMEREE son savoir-faire et son expertise pour une meilleure adéquation entre la formation et les besoins en compétences.
De son côté, l’IFMEREE contribuera au développement des compétences des collaborateurs d’ENGIE au Maroc et le cas échéant au-delà en Afrique. L’IFMEREE participera également à la promotion de l’innovation verte à travers différents ateliers de découverte des métiers d’Engie et de sensibilisation aux énergies propres.
A travers ce partenariat, ENGIE et l’IFMEREE.sa ambitionnent de développer un modèle de collaboration école-entreprise au service de la transition énergétique et du développement durable au Maroc.

Samedi 14 Octobre 2017

Lu 438 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.