Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Divers Economie




Maroc Telecom lance une offre Internet haut débit par satellite  au Maroc

Maroc Telecom a annoncé mardi le lancement de son offre Internet haut débit par satellite "VSAT", destinée à ses clients résidentiels, entreprises et professionnels, devenant ainsi le premier opérateur global national à proposer cette offre avec une couverture totale du territoire marocain. Dans un communiqué, le groupe de télécoms a fait savoir qu'il propose à ses clients une large gamme de formules haut débit allant jusqu’à 20 Mbps, notant qu'il présente le service VPN par satellite, pour assurer une connexion privée virtuelle entre plusieurs sites éloignés avec des débits allant jusqu’à 6 Mbps, à ses clients entreprises.
L’Internet par satellite est un mode d'accès au réseau Internet via une transmission satellitaire ne nécessitant pas de réseau terrestre, permettant ainsi de bénéficier d’une connexion stable et performante même dans les localités les plus éloignées du Maroc, a expliqué la même source. Opérateur leader, Maroc Telecom innove en permanence et investit massivement pour le renforcement de ses infrastructures et le déploiement de réseaux puissants et performants, afin d’offrir à ses clients la connexion la plus fiable indépendamment de leur lieu de présence.


Renault dément avoir enfreint les règles d’homologation

Renault n'a pas enfreint les règles d'homologation pour ses véhicules qui ne sont pas équipés de logiciels pour contrer les contrôles de pollution, a déclaré mercredi le constructeur automobile, mis en cause par le journal Libération pour avoir trompé ses clients. Le quotidien cite un procès-verbal de la Direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes (DGCCRF) qui conclut que "Renault SAS a trompé les consommateurs sur les contrôles effectués et notamment le contrôle réglementaire de l'homologation sur les émissions de polluants (...)".
"Le groupe Renault rappelle qu'aucun de ses services n'a enfreint les règles, européennes ou nationales, relatives à l'homologation des véhicules", écrit l'entreprise dans un communiqué où elle estime "déséquilibré" l'article de Libération.
Après l'éclatement de l'affaire de trucage des émissions de véhicules Volkswagen, à l'automne 2015, le gouvernement français a confié une enquête à la DGCCRF pour faire la lumière sur les émissions en conditions réelles de conduite de toutes les marques commercialisées en France.

Jeudi 16 Mars 2017

Lu 550 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.