Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Disponibilité des produits agricoles et alimentaires en période de Ramadan

Les professionnels du secteur ont été mobilisés pour assurer l’approvisionnement normal et régulier du marché national




Disponibilité des produits agricoles et alimentaires en période de Ramadan
Avec le démarrage du Ramadan, de nouveaux défis s’annoncent pour le ministère de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural et des Eaux et Forêts qui doit veiller à la disponibilité et à la stabilité des produits agricoles et alimentaires au cours du mois sacré.
Après avoir pris plusieurs mesures visant à renforcer la production agricole nationale et à assurer des niveaux de stock confortables des denrées alimentaires dans le contexte actuel de confinement, le département de l’Agriculture et de la Pêche maritime s’est lancé un nouveau défi : assurer un approvisionnement normal et régulier des marchés en ces produits durant le Ramadan.
La récente mobilisation des professionnels du secteur s’inscrit pleinement dans cet objectif. Celui de répondre aux attentes des consommateurs souvent déboussolés par la rareté et la cherté de certaines denrées alimentaires agricoles et de pêche en cette période de mois de jeûne.
Soulignons à ce propos que la réunion présidée il y a quelques jours par le ministère, avec le président de la Fédération des Chambres d’agriculture, les présidents des 12 Chambres régionales d’agriculture et le président de la Confédération marocaine de l’agriculture et du développement rural (COMADER) représentant les fédérations interprofessionnelles agricoles, a été l’occasion d’examiner ce sujet récurrent au mois de Ramadan.
Consacrée aux sujets liés à l’actualité du secteur, il en est sorti que l’approvisionnement du marché en produits agricoles et alimentaires ne se posera pas durant le mois sacré qui, rappelons-le, connaît généralement une hausse de la demande au niveau de plusieurs produits agricoles et alimentaires.
Comme chaque année, à l’occasion du mois sacré, le ministère et les professionnels du secteur se sont donné la main pour assurer l’approvisionnement pendant le Ramadan et veiller à des niveaux de production confortables.
Il ressort ainsi que le marché reste bien approvisionné en légumes, notamment les oignons, la tomate, la pomme de terre, l’aubergine, piments, poivrons, concombre.
« Compte tenu de la bonne conduite du programme d’assolement des cultures légumières, la production issue des récoltes hivernales couvre nettement les besoins de consommation pendant les mois d’avril et mai, qui coïncident avec le mois de Ramadan », a assuré le ministère soulignant, par ailleurs, que le programme d’installation des cultures printanières se poursuit avec un bon rythme et une réalisation à 77%.
Les consommateurs n’auront pas aussi de soucis à se faire en ce qui concerne la tomate dont la production couvre largement les besoins de consommation du mois de Ramadan, estimés à 90.000 tonnes avec une disponibilité estimée à 120.000 tonnes pour ce même mois.
S’agissant des oignons, il est à rappeler que « cette période de l’année coïncide avec le début de commercialisation de l’oignon frais, ce qui permettra un approvisionnement régulier du marché et une couverture des besoins de ce mois, estimés entre 80.000 et 90.000 tonnes », a relevé le département de l’Agriculture faisant remarquer que les prix pratiqués au détail depuis fin mars montrent une stabilité dans la limite de 4 DH.
De leur côté, des fruits comme les pommes et les bananes affichent un niveau de disponibilité très satisfaisant et des niveaux de prix stables, ce qui n’est pas pour les oranges dont les prix restent relativement supérieurs par rapport à l’année précédente du fait de la baisse de la production agrumicole.
Soulignons également l’arrivée sur le marché des différents fruits rouges, des pastèques, des melons et des rosacées (pêche, prune et abricot) dont la production est attendue en cette période et les mois prochains.
Du côté des légumineuses alimentaires, il apparaît que le marché national est approvisionné principalement en stocks qui sont à un niveau qui couvre les besoins du mois de Ramadan et les légumineuses les plus utilisées durant ce mois tels que les lentilles et les pois chiches affichent une stabilité dans les prix et se situent à des niveaux raisonnables.
Pas de problème en vue aussi en ce qui concerne le sucre dont la situation des stocks est jugée confortable avec un bon démarrage de la campagne sucrière en cours, assure le ministère notant que les stocks disponibles peuvent couvrir 3,5 mois de consommation, sans compter la production en cours de la nouvelle campagne sucrière 2020.
A en croire le bilan prévisionnel de l’activité industrielle des huiles alimentaires, il ressort que « le marché national connaît un niveau d’approvisionnement normal en huiles végétales de table pour les trois prochains mois y compris le mois de Ramadan », indique-t-il.
Concernant les dattes, considérées comme un produit de grande consommation durant le mois sacré, l’approvisionnement du marché national « sera assuré principalement par les stocks issus de la production nationale et des importations », a fait savoir le ministère assurant que le besoin est  largement couvert par les stocks.
A propos du suivi actuel des prix de ce produit dont la consommation moyenne lors du mois de Ramadan se situe entre 35 et 40 mille tonnes, ils restent contenus à leurs niveaux habituels, soit 20 à 40 DH/kg pour les variétés de qualité intermédiaire les plus consommées.

Des produits d’origine animale en quantités suffisantes et à des prix stables

La production prévisionnelle de lait pasteurisé pour le Ramadan devra dépasser les 110 millions de litres pour une demande estimée à 100 millions de litres, selon le ministère.
Comme nous l’avions annoncé lors d’une précédente édition, les besoins en dérivés laitiers, notamment le beurre, seront largement assurés par les stocks constitués de la production nationale et du beurre importé, a-t-il affirmé précisant que la consommation moyenne mensuelle pourrait s’accroître de 25% durant le mois de Ramadan.
Quant à la quantité de viandes rouges disponible (bovines, ovines et caprines), elle devrait couvrir les besoins de consommation nationale en ces produits pendant le mois de Ramadan, a-t-on souligné assurant que l’offre en viandes blanches couvre largement les besoins de consommation à des prix stables.

Alain Bouithy
Jeudi 23 Avril 2020

Lu 687 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif