Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des milliers de volontaires vénézuéliens pour acheminer l'aide humanitaire




Des milliers de volontaires vénézuéliens pour acheminer l'aide humanitaire
L'opposant vénézuélien Juan Guaido a appelé samedi à de nouvelles manifestations le 23 février pour soutenir les volontaires prêts à acheminer au Venezuela l'aide humanitaire qui afflue aux frontières, le président Nicolas Maduro envisageant, lui, un déploiement militaire contre ce qu'il estime être une possible invasion.
Plusieurs milliers de partisans de l'opposant, vêtus de t-shirts blancs et de foulards vert clair, se sont rassemblés à Los Cortijos, dans le nord-est de Caracas, pour s'inscrire sur des listes de volontaires prêts à participer à "l'avalanche humanitaire" réclamée par le chef du Parlement de 35 ans.
Juan Guaido, qui promet que l'aide humanitaire entrera le 23 février "quoi qu'il arrive", a appelé à de nouvelles manifestations ce jour-là pour soutenir ces volontaires. "Tout un pays va être mobilisé (...) pour dire au monde que nous allons rester dans la rue jusqu'à ce que cesse l'usurpation, que soient mis en oeuvre un gouvernement de transition et des élections libres", a-t-il lancé à ses partisans.
Selon lui, 600.000 personnes se sont déjà portés volontaires. Il a indiqué que les "caravanes" se rendraient non seulement jusqu'à la ville frontalière colombienne de Cucuta, mais aussi à la frontière avec le Brésil, où deux centres de stockage sont installés dans l'Etat du Roraima, et au point d'arrivée de l'aide qui sera envoyée depuis l'île néerlandaise de Curaçao.
"Je me suis inscrit parce que l'aide humanitaire est urgente. Trouver des médicaments relève du miracle. J'ai besoin de prendre des cachets pour la tension et ceux qu'on trouve, je ne peux pas les payer. Un proche est mort, faute d'antibiotiques", a raconté à l'AFP Coromoto Crespo, volontaire de 58 ans.
Des vivres et médicaments envoyés par les Etats-Unis à l'appel de Juan Guaido sont stockés à Cucuta depuis le 7 février, leur entrée étant bloquée au moyen de conteneurs déposés sur un pont frontalier par les autorités de Caracas.
Des dizaines de tonnes supplémentaires ont atterri samedi à Cucuta, acheminées par trois avions militaires américains, s'ajoutant au 2,5 tonnes arrivées vendredi depuis Porto Rico (territoire américain des Caraïbes).
Lundi s'ouvrira le point de stockage du Roraima, où le gouvernement brésilien a prévu treize centres d'hébergement pour immigrés vénézuéliens, et mardi un avion arrivera à Curaçao en provenance de Miami.
"Les Etats-Unis et d'autres pays envoient cette aide parce que le régime dictatorial de Maduro a échoué à alimenter son peuple, les hôpitaux n'ont pas de médicaments", a déclaré le responsable de l'Agence américaine pour le développement international (Usaid), Mark Green, en conférence de presse à Cucuta.
Il a en outre appelé les forces de sécurié vénézuéliennes à ne pas obstruer l'entrée de cette "aide qui est nécessaire immédiatement".
Reconnu par une cinquantaine de pays comme président par intérim du pays, le président du Parlement, unique institution aux mains de l'opposition, a réitéré son appel aux militaires afin qu'ils laissent passer l'aide humanitaire.
"A nouveau, un message pour l'armée: vous avez sept jours pour vous mettre du côté de la Constitution, faites ce qu'il faut", a-t-il lancé.
"Vos concitoyens fuient et meurent de faim. Vous commettez une terrible, terrible erreur en bloquant cette aide", a déclaré depuis Cucuta l'envoyée du département d'Etat américain, Julie Chung.
De son côté, Nicolas Maduro a demandé vendredi à son armée de préparer un "plan spécial de déploiement" à la frontière colombienne, longue de 2.200 km. Il souhaite évaluer "quelles nouvelles forces" sont nécessaires pour que cette frontière "soit inviolable, imbattable, inexpugnable".

Libé
Lundi 18 Février 2019

Lu 349 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com