Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Des dizaines de blessés dans les heurts de samedi soir entre police et manifestants à Beyrouth



Des dizaines de personnes ont été blessées dans des heurts survenus samedi soir à Beyrouth, selon un nouveau bilan, alors que les forces de sécurité ont utilisé des gaz lacrymogènes et des balles en caoutchouc pour disperser des manifestants antipouvoir. A deux jours de consultations parlementaires organisées pour tenter de nommer un nouveau Premier ministre, des dizaines de manifestants s'étaient rassemblés samedi dans le centre de la capitale pour dénoncer l'ensemble de la classe politique et réclamer un gouvernement composé exclusivement de technocrates et d'indépendants. Les heurts ont éclaté quand des manifestants ont tenté de franchir un barrage de police bloquant l'entrée d'une avenue menant au Parlement, avant de se poursuivre ailleurs en centreville. La Croix-Rouge libanaise a transporté 15 blessés vers des hôpitaux et soigné 37 personnes sur place, selon un nouveau bilan communiqué à l'AFP par un responsable de l'organisation Rodney Eid. L'organisation avait rapporté samedi soir des cas d'évanouissement, des blessés souffrant de difficultés respiratoires et d'autres touchés par des jets de pierres. Les blessés étaient des civils mais aussi des membres des forces de sécurité. De son côté, la défense civile libanaise a annoncé samedi soir sur Twitter avoir "transporté 36 blessés vers des hôpitaux", tandis que 54 personnes ont été soignées sur place. Un photographe de l'AFP a vu samedi soir des contestataires blessés par des coups de matraque et d'autres victimes de malaises en raison du gaz. Des membres des forces de sécurité ont également été blessés, selon la même source. Alors que le centre-ville était envahi par une épaisse fumée, le photographe de l'AFP a vu la police antiémeutes tirer des balles en caoutchouc tandis que les manifestants jetaient des pierres. Les manifestants ont notamment scandé des slogans contre le président du Parlement Nabih Berri ou le chef du gouvernement démissionnaire Saad Hariri. De leur côté, les Forces de sécurité intérieure ont annoncé tôt dimanche sur leur compte Twitter une vingtaine de blessés parmi leurs effectifs qui ont dû être transportés vers des hôpitaux, d'autres ayant été soignés sur place. Ces violences sont parmi les plus significatives depuis le début le 17 octobre d'une contestation inédite au Liban. Ce mouvement populaire dénonce une classe dirigeante jugée corrompue et incompétente. Les manifestations se sont globalement tenues dans le calme mais, ces dernières semaines, les accrochages se sont multipliés. Sous la pression de la rue, le Premier ministre Saad Hariri a démissionné le 29 octobre, mais son gouvernement continue de gérer les affaires courantes. Jusqu'à présent, les principaux partis du pays n'ont en effet pas réussi à s'entendre sur un successeur, et la formation du nouveau cabinet pourrait s'éterniser dans un pays au bord de l'effondrement économique.

Libé
Dimanche 15 Décembre 2019

Lu 702 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS