Dans la banlieue pauvre de Tunis, l'art pour échapper à la violence

Vendredi 17 Mars 2023

"Arrêtez de nous considérer comme des voyous!": dans plusieurs quartiers défavorisés de la banlieue de Tunis, des jeunes, privés d'opportunités et d'infrastructures, ont trouvé refuge et un début de notoriété dans la musique, le cinéma et la photo.


Stigmatisés socialement, les quartiers populaires de la capitale qui ont subi des décennies de pauvreté et d'érosion des services publics, ont la réputation d'abriter des délinquants et d'être des zones de non droit.

"Ces préjugés sont méprisants et nous compliquent la vie", déplore auprès de l'AFP Mohamed Ali Ayari, de Douar Hicher, banlieue très pauvre et surpeuplée dans l'ouest de Tunis.


Ce jeune de 23 ans, qui travaille comme gardien de sécurité, a remporté récemment avec un morceau de rap une compétition organisée par International Alert, qui travaille sur l'inclusion.
"Je veux sortir à la lumière", chante Mohamed Ali dans son clip réalisé avec l'aide de cette ONG.
L'organisation a sélectionné des dizaines de jeunes de Douar Hicher, Fouchana, Cité Ettahdhamen et Sidi Hssine, pour qu'ils s'expriment à leur manière, à travers la musique, un documentaire et des photos, sur la thématique de la violence.

"Il y a des gens qui vivent la violence au quotidien, certains la pratiquent et d'autres la subissent. C'est à partir de là, que nous avons pensé à la canaliser dans des activités culturelles", explique à l'AFP Houcem Ayari, coordinateur à International Alert.


Dans une petite chambre transformée en studio, au milieu de constructions anarchiques à Douar Hicher, Mohamed Ali enregistre ses couplets, élaborés avec des amis du même quartier.
En l'absence d'espaces culturels, une situation qui accroît, selon eux, le risque de sombrer dans la délinquance, ces jeunes ont équipé un studio, avec les moyens du bord.

"Nous avons choisi la musique pour parler de nous, de notre vie, de jeunes (qui se sont) perdus (en route) et d'autres qui veulent réussir, des policiers qui nous agressent verbalement et physiquement, de l'Etat qui nous marginalise et de la société qui nous stigmatise", lance Wassim Tayachi, 22 ans.
Selon lui, leur provenance de "quartiers difficiles" entrave leur recrutement sur le marché de l'emploi ou l'obtention de papiers officiels.


Ces jeunes, déçus de l'Etat dans un pays secoué par de vives tensions politiques et une crise socio-économique, ont trouvé dans le rap "une thérapie contre la dépression et les tentations interdites", renchérit Mohamed Ali qui veut devenir un grand rappeur mais doute de réaliser son rêve en Tunisie.
L'échec de la classe politique à améliorer leur quotidien suscite chez ces jeunes une grande déception. Beaucoup pensent à l'immigration clandestine.

"Un Etat qui n'écoute pas ses jeunes ne pourra rien leur donner", regrette Wassim.
Mariem Chourabi, 24 ans, dotée d'un master en fiscalité et comptabilité, a ouvert un centre de soutien scolaire dans son quartier à Fouchana il y a un an et a participé à la réalisation d'un documentaire.


Il évoque l'injustice sociale et économique, le harcèlement sexuel, la dégradation des transports publics et des infrastructures et la déscolarisation.


Pourtant beaucoup de jeunes des quartiers populaires "ont la volonté de réussir plus que les autres parce que leurs conditions de vie les y poussent davantage", dit-elle.
A Sidi Hssine, Belhssan Jabri, 26 ans, ingénieur en génie civil au chômage, a choisi la photo pour dire aux autorités: "Nous ne méritons pas la marginalisation!".


Dans ses clichés, il montre des espaces délaissés de son quartier "qui pourraient être des endroits pour des activités sportives, culturelles ou des jardins, au lieu d'être encombrés en permanence de bacs à ordures remplis à ras bord".


Dénonçant cette "violence environnementale", Belhassen espère voir émerger une "volonté réelle" des hauts responsables pour réaliser des changements.

 "Il y a des médecins, des ingénieurs, des artistes et beaucoup de jeunes cultivés et diplômés issus de notre quartier, donc il ne faut pas regarder uniquement le côté négatif ni dévaloriser les jeunes venant des quartiers populaires", dit-il encore.

Libé

Lu 1713 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe






Inscription à la newsletter