Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Coup d’ envoi du Festival national du court-métrage d’Oujda





La deuxième édition du Festival national du court-métrage d’Oujda s’est ouverte, jeudi en mode virtuel, sous le thème «Le cinéma au service des jeunes». Organisée par l’association Hna Houma Hna pour le cinéma et le théâtre, cette édition qui se poursuivra jusqu’au 5 avril porte le nom de feu Abdeljebbar Louzir, le célèbre comédien marocain décédé en septembre dernier. Le festival est organisé en mode virtuel en raison du contexte exceptionnel marqué par la Covid-19, a expliqué le président de l’association Hna Houma Hna pour le cinéma et le théâtre et directeur du festival, Alaa Eddine Sadki.

Il a mis l’accent dans ce sens sur l’engagement de l’équipe du festival pour réussir cette nouvelle expérience, et ce dans le respect total des mesures de prévention et de protection en vigueur pour endiguer la propagation de cette épidémie qui a imposé une suspension des activités culturelles en présentiel. Et d’ajouter que cet événement cinématographique tend à mettre en avant les compétences et le talent des jeunes cinéastes marocains, ainsi que les spécificités et les richesses culturelles et artistiques qui caractérisent les différentes régions du Royaume. M. Sadki a précisé à cet égard que les dix films qui sont en compétition pour le Grand prix de ce festival représentent plusieurs villes du Royaume, dont Mohammedia, Benslimane, Laâyoune, Tiznit, Ouerzazate, Salé, Settat et Oujda.

Le jury du festival est composé du critique de cinéma, Abdelkarim Ouakrim, du réalisateur Mohamed Taha Benslimane et de l’actrice Khouloud Bettioui. Outre la projection de films, le programme de cette seconde édition qui rendra hommage à Abdelkader Aizoun et Mohamed Boubkrat en reconnaissance à leurs contributions et leurs apports au cinéma et au théâtre, comporte des ateliers sur certains métiers du cinéma, le décor en particulier, encadrés par l’artiste Youssef Chettati. Au menu également une table ronde sur le cinéma et les jeunes et un master class, animés respectivement par le professeur Mustapha Remdani et le critique de cinéma marocain Abdelkarim Ouakrim.

Libé
Vendredi 2 Avril 2021

Lu 436 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.