Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Convention pour la création d' un centre de la deuxième chance dédié aux métiers de l'intelligence artificielle




Une convention de partenariat a été signée, vendredi soir à Casablanca, pour la création d'un centre de la deuxième chance nouvelle génération dédié aux métiers de l'intelligence artificielle (IA) à l'école Al Hotaya à la direction provinciale Casa-Anfa. Le futur centre va cibler, tout particulièrement, les élèves de moins de 18 ans issus de catégories sociales précaires et en situation d'abandon scolaire pour diverses raisons, ainsi que la formation de 50 enseignants par an dansle domaine de l'IA. Mettant à contribution l'Académie régionale d'éducation et de formation (AREF) de Casablanca-Settat, la direction de l'éducation non formelle, la direction provinciale Casa-Anfa et l'Association "Groupe technique spécialisé en intelligence artificielle", la convention a été signée au cours d'une cérémonie présidée par leministre de l'Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saaid Amzazi, en présence notamment du wali de la région de Casablanca Settat, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Said Ahmidouch. A cette occasion, M. Amzazi a souligné que cette convention constitue une bonne base pour ouvrir de nouvelles opportunités devant ces jeunes, en vue d'acquérir des compétences vitales et, partant, faciliter leur intégration sur le marché du travail. La création de ce centre, a-t-il poursuivi,s'inscrit dans le cadre des projets lancés pour déployer la vision stratégique 2015-2030, en particulier celui visant à garantir l'enseignement de rattrapage et l'amélioration de l'efficacité de l'éducation non formelle. Le ministre a, en outre, insisté sur l'importance que revêt la création de centres de la deuxième chance à l'échelle nationale, qui fait partie des mesures permettant d'élaborer un nouveau modèle en matière de l'IA. Même son de cloche chez le directeur de l'AREF Casablanca-Settat, Abdelmoumen Talib, qui a relevé que cette convention définit un cadre légal et réglementaire pour l'action du GTS, porteur du projet, et rappelé la création de 15 centres de la deuxième chance au niveau de la région en 2019.

Libé
Dimanche 29 Décembre 2019

Lu 916 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif