Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Congrès parlementaire à Istanbul autour des questions migratoires


Rachid Meftah
Vendredi 24 Juin 2022

Khaddouj Slassi : Nécessité cruciale d’ adopter une approche prospective d’ urgence

Congrès parlementaire à Istanbul autour des questions migratoires
Lors de l’ouverture des assises du Congrès parlementaire autour de la question de la migration, tenues à Istanbul en Turquie les 20 et 21 juin 2022, la députée Khaddouj Slassi, membre du Groupe socialiste à la Chambre des représentants, y ayant pris part, a, dans une allocution prononcée à cette occasion, mis l’accent sur la nécessité d’adopter une approche prospective du phénomène planétaire de la migration dans le contexte particulier des crises liées aux changements climatiques, et ce dans le cadre d’une large solidarité internationale. La députée ittihadie a, à cet égard, relevé que «l’on observe, actuellement une grande mutation de la structure de la masse migratoire du fait d’une conscience de plus en plus patente dans les milieux des jeunes de l’appartenance de ces derniers au monde, d’où leur conception de l’appartenance nationale qui signifie d’ores et déjà leur existence en tant qu’entité universelle qui observe et saisit le droit de se déplacer partout à travers le monde». La jeunesse d’aujourd’hui, a-telle ajouté, est consciente plus que jamais de l’importance de la « qualité de vie » et de son droit d’en profiter pleinement. De ce fait, outre leur déploiement dans l’objectif d’optimiser le revenu individuel et réaliser la prospérité matérielle, notre jeunesse et celle du monde recherchent un souffle démocratique plus pertinent transcendant la souveraineté de la loi et l’existence à l’ombre de la crédibilité et l’effectivité des institutions. «Il nous incombe, en tant que parlementaires du monde, a-t-elle soulevé de nous employer à favoriser tout cela, quelle que soit notre position, régions d’accueil ou régions d’origine, et ce dans l’objectif que la migration soit un choix tout à fait libre », ajoutant que cela ne peut se réaliser sans faire face à ce phénomène en s’y penchant et en traitant tout ce qui justifie le recours forcé à la migration dans les pays d’origine. D’ailleurs, a développé la députée membre du Groupe socialiste à la Chambre des représentants le caractère de la contrainte qui collait à ces déplacement humains a toujours été largement connu, même avant d’être consacré par la crise planétaire de Covid. A cet effet, a-t-elle poursuivi, le monde a bien pris conscience de la nécessité pertinente et cruciale de la solidarité internationale. «C’est qu’il a été clairement avéré que personne ne peut prétendre se prémunir et que d’aucuns ne disposent de la vérité absolue». C’est ce qui justifie, a-t-elle fait observer qu’en dépit des disparités économiques et sociales et des différences de régimes politiques et de gouvernances, le concept d’«Etat social» soit devenu particulièrement attractif, le fait est que les difficultés qui poussent à la migration sont celles relatives à la santé, l’éducation et l’emploi, par ailleurs constituant les principaux piliers de l’Etat social. Les migrants sont, en tout état de cause, acculés ainsi à ces grands et incertains déplacements par leurs appréhensions et leurs inquiétudes quant à leur avenir et celui particulièrement de leurs enfants. Il est évident, a souligné Khaddouj Slassi, que toute progression dans l’action menée dans ces secteurs favoriserait fort probablement le maintien des gens dans leurs zones d’origine. En revanche, a-t-elle ajouté, afin d’atteindre cet objectif, il est nécessaire de dépasser l’identité exclusive de «l’Etat social» et évoluer vers les horizons d’un «monde social», à travers une solidarité internationale effective, entre en l’occurrence le Nord et le Sud, entre les économies avancées et les économies émergeantes ou en développement, cela bien entendu par le biais d’une concurrence ciblée visant la fixation des investissements dans les pays d’origine, particulièrement ceux dont la vulnérabilité engendre naturellement l’augmentation des flux migratoires forcés. Dans le même ordre d’idées, la députée ittihadie a rappelé que les migrants arrivés au Maroc, à titre d’exemple, provenant des pays de l’Afrique subsaharienne, s’y sont rendus avec l’intention d’atteindre les pays de l’Union européenne. Et le Maroc, a-t-elle mis en avant, a illustré un modèle avant-gardiste quant à leur accueil, leur intégration et leur accessibilité à y résider. Cela a, en fait, nécessité et nécessite la conjugaison des efforts de coopération et de solidarité aussi bien régionaux qu’internationaux car cela constitue une partie intégrante de la solution qu’on pourrait envisager pour solutionner la problématique de la migration, non seulement pour exclusivement le Maroc mais aussi particulièrement pour les pays d’accueil. Par ailleurs, Slassi a souligné que la politique suivie par le Maroc en matière de traitement de la migration est fondée sur les principes essentiels des droits de l’Homme, ratifiés par les institutions marocaines compétentes de même qu’elle s’appuie sur la coopération avec les pays du voisinage, ajoutant, là-dessus, la question de la migration exige aujourd’hui, plus que jamais de recourir à une approche prospective urgente car les prévisions indiquent que les proportions de la densité démographique, notamment dans les pays à économie émergente ou en développement (Afrique subsaharienne) connaîtront une augmentation considérable au cours des 30 années à venir (2020-2050). Et de conclure pour démontrer la pertinence de la prospection et l’anticipation qu’outre le recul économique, la persistance de la baisse des revenus et toutes les causes classiques réputées être derrière la migration, l’on s‘attend à prévoir d’autres pressions telles que l’instabilité politique récurrente à travers le monde, la multiplication des foyers de tension, les changements climatiques et la rareté des eaux, ce qui conduira inéluctablement à exaspérer les mouvements migratoires internes, régionaux et mondiaux…


Lu 1027 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS