Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Confirmation américaine si besoin en est

Matthew Miller : « Evidemment, les Etats-Unis ont franchi cette étape en décembre 2020 et cela n’a pas changé »


T.M
Samedi 22 Juillet 2023

La position des Etats-Unis concernant la marocanité du Sahara reste inchangée. C’est Matthew Miller, porte-parole du Département d’Etat américain, qui a réitéré cette position en affirmant mardi 18 juillet que son pays «a déjà franchi» l’étape de reconnaître la souveraineté du Royaume sur ses provinces sahariennes.

Le responsable américain répondait à une question posée par un journaliste lors d’un point de presse à Washington, concernant la reconnaissance, lundi dernier, par Israël de la marocanité du Sahara.

«Evidemment, les Etats-Unis ont franchi cette étape en décembre 2020 et cela n’a pas changé», a soutenu Matthew Miller. Le journaliste a également demandé si cela voulait dire que le «Sahara faisait partie du Maroc» aux yeux de Washington. Une question à laquelle le porte-parole du Département américain a répondu en rappelant la décision de son pays prise en décembre 2020, tout en affirmant que les Etats-Unis «soutiennent pleinement» l’Envoyé personnel du Secrétaire général de l’ONU, Staffan de Mistura, en vue de parvenir à une solution politique durable à ce dossier.

Depuis l’élection de Joe Biden en 2020, les ennemis du Royaume ont tablé sur un changement de la position américaine, mais ils se sont lourdement trompés, car les Etats-Unis réitèrent, à chaque occasion, leur position ferme quant à la souveraineté du Maroc sur son Sahara.

Il convient de rappeler que l’ancienne ambassadrice représentante permanente des Etats-Unis auprès des Nations unies, Kelly Craft, avait informé officiellement, en décembre 2020, le Conseil de sécurité de l’ONU et le Secrétaire général de cette organisation, du contenu de la proclamation émise par le président américain Donald Trump reconnaissant la souveraineté pleine et entière du Royaume du Maroc sur son Sahara.

Dans une lettre adressée au président du Conseil de sécurité, et dont copie a été aussi envoyée au Secrétaire général de l’ONU, Kelly Craft souligne que la proclamation émise par le président Trump reconnaît que "l’ensemble du territoire du Sahara occidental fait partie du Royaume du Maroc" et affirme aussi que la proposition marocaine d’autonomie est la "seule base pour une solution juste et durable au différend sur le territoire du Sahara occidental".

"Les Etats-Unis estiment qu'un Etat sahraoui indépendant n’est pas une option réaliste pour résoudre le conflit et qu’une véritable autonomie sous souveraineté marocaine est la seule solution possible", lit-on dans ce document historique. "Nous exhortons les parties à engager des discussions sans délai, en utilisant le plan d’autonomie du Maroc comme seul cadre pour négocier une solution mutuellement acceptable", souligne également la proclamation du président américain.

Une copie de la proclamation du président Donald Trump sur le Sahara marocain a été jointe à la lettre que Kelly Craft a envoyée au Conseil de sécurité et au Secrétaire général de l’ONU. La proclamation réaffirme ainsi le soutien des Etats-Unis à "la proposition d'autonomie sérieuse, crédible et réaliste du Maroc comme seule base pour une solution juste et durable au différend sur le territoire du Sahara occidental".

Par ailleurs, dans une récente déclaration à Libé, Moussaoui Ajlaoui, chercheur associé à Ames-Center, a souligné que l'accord tripartite signé en 2020 entre le Maroc, les Etats-Unis et Israël «contient des engagements particuliers pour les Etats-Unis, notamment l’ouverture d’un consulat dans le Sahara. Certes, un pas a été franchi en ouvrant un consulat virtuel et l'administration Biden ne fait plus la distinction entre les provinces du Sud et le reste du Royaume dans tous ses rapports et cartes officiels, mais le Maroc attend toujours que les Etats-Unis d'Amérique remplissent ce qu'ils ont signé dans ledit accord. Ils l'ont compris et ont commencé à envoyer des délégations à Dakhla et à Laâyoune, mais dans le cadre de programmes de jeunesse, de développement, entre autres. Mais pour le Maroc, cela ne suffit pas ».

T.M


Lu 594 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p