Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Confinés ensemble en plein rencard, des Chinois se fiancent


Libé
Mercredi 19 Janvier 2022

Confinés ensemble en plein rencard, des Chinois se fiancent
Ils étaient en plein rendez-vous amoureux lorsqu'un confinement pour cause de Covid-19 a été décrété: après une colocation forcée de plusieurs jours, un Chinois et une Chinoise viennent d'annoncer leurs fiançailles. Originaire de la province du Shaanxi, dans le nord de la Chine, Zhao Xiaoqing, 28 ans, se rend mi-décembre au domicile d'un prétendant potentiel, recommandé par des proches et qu'elle avait déjà rencontré une fois. A l'approche de la trentaine, voire avant, beaucoup de Chinois célibataires s'en remettent à leur famille et à leurs amis pour leur présenter des garçons ou des filles dans la même situation. "Je ne pensais pas passer la nuit chez lui, parce que c'est quand même super gênant", a expliqué lundi Zhao Xiaoqing au média local Jimu News. Mais le destin, ou plutôt les autorités sanitaires, en ont décidé autrement: la ville de Xianyang où ils se trouvaient a décrété un confinement après la détection de cas de Covid. La femme s'est alors retrouvée coincée au domicile de l'homme. Et après seulement une semaine de cohabitation, les parents du garçon ont poussé le couple à se fiancer. "On s'entend très bien", a expliqué la jeune femme, dont le métier est de vendre des pommes en ligne via une plateforme de diffusion en direct par smartphone. "Je fais mes directs de vente depuis chez lui. Peu importe l'heure, même tardive, il est toujours à mes côtés. Je suis super touchée", dit-elle. Cette romance placée sous le signe du Covid a captivé les internautes chinois. Si certains s'émerveillent de ce coup du destin, d'autres jugent la décision hâtive. "Après un an ou deux, vous vous lasserez l'un de l'autre et vous divorcerez. J'ai vu trop de mariages éclair de ce genre", écrit l'un d'eux. "Tu devrais bien réfléchir à tout ça", commente un autre à l'adresse de Zhao Xiaoqing. Une autre histoire de rendez-vous amoureux confiné avait passionné les internautes ces derniers jours. Une certaine Mme Wang s'était retrouvée elle aussi forcée de cohabiter avec un prétendant dans l'appartement de ce dernier après un confinement à Zhengzhou (centre). Mais le coup de foudre n'a pas eu lieu, la jeune femme se plaignant que l'homme soit "aussi muet qu'un tronc d'arbre". 


Lu 625 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020





Flux RSS