Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Commémoration du 66ème anniversaire de la manifestation du Méchouar

Une page glorieuse de l'épopée de la résistance nationale




Le peuple marocain et la famille du Mouvement national, de la résistance et de l'Armée de libération commémorent, ce jeudi, le 66ème anniversaire de la manifestation du Méchouar de Marrakech, qui représente une page radieuse de l’épopée mémorable de la résistance nationale contre les conspirations de l’occupant visant à exiler le Sultan légitime et Père de la Nation, Feu S.M Mohammed V, et les membres de l'illustre famille Royale, et à imposer l’intronisation de la marionnette Ibn Arafa.
La manifestation du Méchouar et ses péripéties demeurent aussi l’un des événements phares gravés en lettres d’or dans l’Histoire de la cité ocre qui s’est mobilisée pour la défense des valeurs du nationalisme marocain et des idéaux de la patrie, et témoignent des forts liens symbiotiques unissant le peuple marocain et le Glorieux Trône alaouite, qui ont mené une lutte ininterrompue contre le colonisateur pour le recouvrement de l’indépendance du Royaume.
La commémoration, chaque année, de ce soulèvement populaire spontané, qui constitue un tournant historique dans la lutte engagée par le peuple marocain valeureux pour la liberté et l’indépendance, est également une illustration éloquente de l’héroïsme, du patriotisme, de l’altruisme et de l’abnégation des Marocains pour la défense des valeurs sacrées et des constantes du pays face aux complots ignobles de l’occupant visant à imposer Ibn Arafa comme nouveau Sultan du Maroc.
Grâce à leur dévouement sans limites et aux grands sacrifices qu’ils ont consentis, les vaillants héros de la résistance et les fidèles militants et combattants ont pu avorter toutes les tentatives du colonisateur visant à semer la discorde et la division au sein du peuple et à porter atteinte au Trône alaouite et au Guide de la nation et héros de la libération, Feu S.M Mohammed V.
L’occupant s’est, de ce fait, retrouvé impuissant face à la fidélité indéfectible et sans concession et au loyalisme sincère dont ont fait preuve les résistants marocains et les membres du Mouvement de libération à l’égard du Roi et du Trône, ainsi que face à leur courage inébranlable à lutter jusqu'au rétablissement de la légalité et au recouvrement, par le Royaume, de son indépendance.
En prélude à cette basse tentative provocatrice du colonisateur d’exiler Feu S.M Mohammed V, qui a été la première étincelle ayant déclenché l’épopée éternelle de la Révolution du Roi et du Peuple avant de s’étendre aux autres parties du territoire national, un comité de pachas et de caïds s'était réuni à Marrakech pour préparer l'intronisation du Roi fantoche Ibn Arafa.
L'action ignoble de l'occupant a suscité la colère du peuple marocain qui s'est élevé comme un seul homme en affichant une détermination infaillible pour mettre en échec le complot ourdi des autorités coloniales contre le symbole de la souveraineté et de l’unité nationale du Maroc.
Une fois informées du complot colonial et qu'Ibn Arafa allait être désigné comme nouveau Sultan à la Mosquée Al Koutoubia, les populations avaient investi les rues de la cité ocre et pris part à de grandes manifestations contre cette conspiration pour exprimer leur attachement indéfectible au Sultan légitime.
Des contacts avaient été aussi établis entre plusieurs Comités de résistance, notamment à Bab Hailana et à la salle Benhid, au cours desquels des instructions ont été données afin d'éviter que le nom d'Ibn Arafa ne soit cité dans les prêches du vendredi à Marrakech.
Les responsables des tribus de Mesfioua et Tassoultante ont été également mis au courant, en vue de mobiliser le plus grand nombre de résistants et de volontaires contre les desseins abjects de l'occupant.
Les mosquées d'Al Mouassine et de la Koutoubia ont été le théâtre d'événements sanglants ayant réussi à faire avorter la cérémonie d'investiture du Sultan fantoche Ibn Arafa, le 14 août 1953, forçant les autorités coloniales à ajourner jusqu'au lendemain cette cérémonie offensante et provocatrice.
Le 15 août 1953, la population s'est donné rendez-vous à la place du Méchouar pour exprimer de vive voix sa colère et son rejet des manœuvres attentatoires à la dignité et à la volonté du peuple marocain. Les manifestants, qui se sont élevés avec courage et bravoure contre ce complot, en ravivant la conscience nationale et en renforçant l’action patriotique du mouvement national, se sont alors affrontés avec une patrouille qui a tenté, en vain, de les éloigner de la porte du Méchouar en usant de bombes lacrymogènes.
Cette manifestation a connu la participation de toutes les composantes de la société marocaine, notamment les femmes, dont Feu Fatima-Zahra Balghiti, qui hissait haut le drapeau national et lançait des vivats à l'adresse de Feu S.M Mohammed V, et était tombée en martyre aux côtés de nombreux autres protestataires.
L'émotion suscitée par cette jeune martyre, tombée aux côtés de plusieurs manifestants, venus exprimer leur attachement indéfectible au Sultan légitime, a galvanisé la population qui s'est élevée pour exprimer sa colère et son rejet des vilains desseins de l'occupant et de ses tentatives d'intronisation de sa marionnette Ibn Arafa.
Dans le sillage de ce soulèvement populaire, l'occupant avait mené une importante vague d'arrestations parmi les rangs des résistants, des militants et des nationalistes.
Le soulèvement du Méchouar a ainsi fortement perturbé les manigances du colonisateur, qui a constaté que le peuple marocain est mobilisé autour du glorieux Trône alaouite et résistera à toutes les tentatives visant à porter atteinte à la souveraineté et aux constantes nationales du pays.
Le 11 septembre de la même année, le martyr Allal Ben Abdellah s'est attaqué au cortège d'Ibn Arafa, sacrifiant ainsi sa vie pour la défense des valeurs sacrées des Marocains, dont la lutte s'est poursuivie sous différentes formes: manifestations, actes de résistance et combats acharnés, jusqu'à la victoire finale.
La commémoration du 66ème anniversaire de la manifestation du Méchouar de Marrakech, qui reste gravée dans la mémoire de tous les Marocains et vivace dans leurs cœurs, se veut une occasion pour faire revivre les grands moments de cette épopée ayant marqué l’Histoire du combat héroïque mené, en parfaite communion, par un Souverain et son peuple.
Cet événement hautement symbolique constitue aussi un moment fort pour honorer la mémoire des valeureux martyrs de la résistance, qui ont fait don de leur vie pour la défense de la patrie et le recouvrement de la liberté et de l’indépendance.
Il représente également une leçon inspirante pour les générations montantes afin qu’elles restent attachées aux valeurs du patriotisme sincère, du sacrifice inconditionnel et de l’esprit de citoyenneté positive pour mieux défendre les intérêts supérieurs de leur pays.

Jeudi 15 Août 2019

Lu 1097 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com