Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Carles Puigdemont assigne le juge espagnol Llarena devant la justice belge




Les avocats de cinq anciens membres de l'exécutif catalan dont Carles Puigdemont ont annoncé mardi avoir déposé plainte contre le juge espagnol Pablo Llarena devant un tribunal de Bruxelles, lui reprochant sa "partialité" dans les poursuites intentées contre eux pour la tentative avortée de sécession d'octobre 2017.
Lors d'une conférence de presse dans la capitale belge, les avocats Paul Bekaert, Christophe Marchand et Michèle Hirsch ont expliqué que cette assignation au civil pour "faute" ouvrait la voie à une demande de récusation du juge, dont la justice espagnole a été officiellement saisie mardi, également selon eux.
Il est reproché au juge Llarena, à l'origine des mandats d'arrêt émis contre les ex-dirigeants indépendantiste exilés dans plusieurs pays européens, d'avoir exprimé publiquement son opinion sur le dossier qu'il instruit, le 22 février à Oviedo (Espagne).
"Ce ne sont pas des prisonniers politiques", avait-il alors affirmé à la presse locale à propos d'indépendantistes catalans emprisonnés en Espagne. La déclaration avait ensuite été reprise par d'autres médias espagnols.
Selon Me Marchand, l'un des avocats belges des catalans exilés en Belgique, il s'agit là d'"une prise de position sur une question centrale du dossier en cours", par laquelle le juge réfute la thèse de la violation des droits fondamentaux soutenue par la défense.
Et l'exprimer à un média, "en dehors du tribunal", "est contraire au devoir d'impartialité du juge", a poursuivi l'avocat.
L'assignation devant le tribunal de première instance francophone de Bruxelles a été déposée par huissier mardi, selon les avocats, et une première audience dite d'"introduction" -- pour établir un calendrier des plaidoiries -- a été fixée au 4 septembre.
Ce procès en Belgique ouvre la voie à la récusation du juge de la Cour suprême dans l'affaire qu'il instruit, puisque, en vertu de la loi organique du pouvoir judiciaire en Espagne, un juge peut être récusé s'il a "un procès en cours avec l'une des parties" prenantes à l'affaire.
La requête est déposée au nom de Carles Puigdemont, l'ex-président destitué de la région, actuellement en liberté sous contrôle judiciaire en Allemagne, et de quatre anciens membres de son exécutif, Clara Ponsati, Anton Comin, Meritxell Serret et Lluis Puig.
Mme Ponsati, qui vit en Ecosse, est toujours comme M. Puigdemont sous la menace d'une remise à l'Espagne.
Les trois autres ex-ministres sont pour leur part libres de leurs mouvements en Belgique, où la justice a refusé le 16 mai d'exécuter les nouveaux mandats d'arrêt européens émis à leur encontre fin mars par le juge Llarena.

Jeudi 7 Juin 2018

Lu 583 fois


1.Posté par Roland Bascou le 31/08/2018 10:56
Il est évident que ce ne sont pas des prisonniers politiques. Ils sont poursuivis pour des délits contre l´Etat espagnol : tentative d´indépendance, contraire à la constitution, delit prévu en code pénal; faire un référendum, ce qui est une prérogative du gouvernement central.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.