Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Campagne en panne…. ou presque

AstraZeneca se faisant de plus en plus désirer, Sinopharm et Sputnik-V devraient servir d’ersatz


15 nouvelles personnes atteintes de Covid ont été admises en réanimation entre samedi et dimanche

La campagne de vaccination nationale a vampirisé l’actualité au point où les nouvelles infections au Sars-Cov-2 ont été mises de côté, voire ignorées. Mais avec la pénurie de vaccins, visiblement tout semble rentrer dans l’ordre. Désormais, le ministère de la Santé met en avant une « légère hausse des nouveaux cas Covid-19 » et pire encore, de décès depuis près d’une semaine. Or les décès quotidiens n’ont jamais cessé et encore moins les nouvelles infections au Sars-Cov-2. Mais il faut croire que les priorités des autorités sanitaires ne sont pas gravées dans le marbre. Il va falloir s’y habituer. D’autant que les nouvelles en provenance d’Inde ne sont pas rassurantes. Les 11èmes doses dites de sécurité envoyées par le fabricant d’AstraZeneca auraient permis l’administration de la première dose à 600.000 personnes supplémentaires, dans le meilleur des cas. A savoir dans le cas où aucune déperdition n’aurait été constatée sur le stock de six millions de doses reçues par le Maroc en provenance du Serum Institute of India, fabricant sous-traitant du laboratoire anglo-suédois, lequel, contrairement à Sinopharm, conditionne le vaccin dans des flacons multidoses. Et maintenant ? Quelle sera la suite des évènements ? Il y a fort à parier que les infections à la Covid-19 continueront d’être au centre des attentions pour encore un bon bout de temps. En effet, plus à l’Est, les échos sont pour le moins préoccupants. Une dépêche de l’agence Reuters annonce que les livraisons des vaccins AstraZeneca destinées au Maroc, au Brésil et à l’Arabie Saoudite seront retardées. Et pour cause, la gronde monte en Inde où des voix s’élèvent pour dénoncer la livraison de toujours plus de doses à l’étranger, au mépris de la population locale et d’une situation sanitaire qui devient hors de contrôle. Ne s’acheminerait-on pas ainsi vers le même protectionnisme vaccinal mis en place par l’Union européenne ? C’est une issue loin d’être illusoire. Dans ce scénario, d’un côté, on aura le Maroc et son souhait de vacciner 30 millions de personnes, et de l’autre, l’Inde et son programme vaccinal, le plus grand du monde, avec l’objectif de vacciner 300 millions d’habitants, soit 10 fois plus que le Maroc. A l’évidence, les objectifs de la campagne nationale marocaine risquent de peu peser dans la balance en comparaison avec le programme vaccinal indien. Dès lors, une diversification des sources demeure l’unique solution. Cela a commencé avec la commande d’un million de doses de Sputnik V pour 8 millions d’euros, car le vaccin est tarifé par la Russie à 8 euros la dose selon « Le Figaro ». Vaccinée, une personne coûte donc 16 euros, avec la promesse d’une efficacité de 91,4% grâce à une technologie à base virale, à l’instar d’AstraZeneca. Une méthode efficace mais coûteuse et complexe. La conservation du précieux sérum doit se faire sous forme lyophilisée, en réfrigérateur entre 2 et 8°C. Cela dit, il n’y a aucune visibilité concernant la prochaine commande et encore moins au sujet des dates de livraisons. Idem pour R-Pharm, l’entreprise qui produit le vaccin AstraZeneca en Russie, et avec laquelle le Maroc aurait signé une convention en septembre dernier. La situation est tendue de par le monde. C’est un fait. Mais les autorités sanitaires marocaines avaient bon espoir au moins en CNBG Sinopharm, surtout depuis que 600 volontaires marocains ont participé aux essais cliniques du vaccin chinois. Aujourd’hui, uniquement 2,5 millions de doses ont été envoyées par Sinopharm au Maroc. Quasiment trois fois moins qu’AstraZeneca. Ça vous plante le décor et surtout met en lumière l’absence de moyen de pression du gouvernement marocain sur le producteur chinois. Les nombreux appels du pied ont été totalement inutiles. Ainsi, en attendant que la capacité de production du Serum Institut of India soit portée à 100 millions de doses par mois, d’ici à mai, contre 60 à 70 millions actuellement, les autorités marocaines seraient bien inspirées de renforcer les contrôles pour faire respecter les gestes barrières qui ont été rangés dans le tiroir des oubliettes. Le risque étant bien évidemment de revoir la courbe épidémique s’envoler. Au vrai, il ne serait pas étonnant que ce soit déjà le cas. Comment voulez- vous écarter cette hypothèse alors que le nombre de tests effectués quotidiennement est bas ? Avec 10.000 tests quotidiens depuis des semaines, il est impossible de savoir si le virus est en circulation ou non. Pour l’heure, ce sont les cas d’hospitalisation qui inquiètent de plus en plus. Entre samedi et dimanche, 15 nouvelles personnes atteintes de Covid ont été admises en réanimation pour un total de 408 citoyennes et citoyens qui se battent pour ne pas succomber à un virus dont on a déjà oublié les ravages et les 8767 victimes qu’il a emportées, dont quatre dans la nuit de samedi à dimanche. A la lumière de l’ensemble de ces éléments, comment prendre la réouverture des hammams pour autre chose qu’un optimisme exacerbé et surtout totalement déconnecté de la réalité ? 

Chady Chaabi
Lundi 22 Mars 2021

Lu 165 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020








Flux RSS