Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Adèle Haenel

Entendue mardi par des enquêteurs, l'actrice Adèle Haenel, qui a dénoncé des "attouchements" subis quand elle était adolescente, a finalement décidé de porter plainte contre le réalisateur Christophe Ruggia, jugeant que cela relevait de sa "responsabilité de justiciable et de personnalité publique". Près de trois semaines après l'ouverture d'une enquête par le parquet de Paris, l'actrice de 30 ans, récompensée par deux César, s'est rendue mardi après-midi dans les locaux de l'Office central pour la répression des violences aux personnes (OCRVP) à Nanterre pour y être auditionnée par des policiers sur les faits qu'elle reproche au réalisateur, a constaté une journaliste de l'AFP. En fin d'après-midi, alors que l'audition était toujours en cours, ses avocats ont annoncé qu'elle avait décidé de porter plainte contre M. Ruggia avec qui elle a tourné, à l'âge de 13 ans, son premier film, "Les Diables". "Désormais sollicitée par le service d'enquête, Adèle Haenel s'engage activement dans cette procédure, considérant qu'il est de sa responsabilité de justiciable comme de personnalité publique d'y prendre part, au regard de la gravité des faits dénoncés et des conséquences pour chacun", ont expliqué Me Anouck Michelin et Me Yann Le Bras dans leur communiqué. Dans une enquête publiée début novembre par Mediapart, l'actrice a dénoncé "l'emprise" que Christophe Ruggia aurait exercée sur elle pendant la préparation et le tournage du film, puis un "harcèlement sexuel permanent", des "attouchements" répétés et des "baisers forcés dans le cou", qui auraient eu lieu chez lui et lors de plusieurs festivals internationaux, le tout alors qu'elle était âgée de 12 à 15 ans.

Oleg Sentsov

Le cinéaste ukrainien Oleg Sentsov, libéré en septembre par Moscou, a mis en garde l'Europe contre la Russie qui veut faire vivre l'Ukraine "à genoux", lors d'un discours mardi devant le Parlement européen. Le cinéaste a appelé les Européens à ne pas céder aux "tentatives d'apaisement"concernant la Russie de Vladimir Poutine. "On parle beaucoup d'apaisement, de faire la paix avec la Russie, mais je ne crois pas à ce que dit Poutine et je vous encourage à ne pas le croire non plus", a déclaré Oleg Sentsov. Le cinéaste a reçu en mains propres le prix Sakharov des droits de l'Homme, qui lui avait été attribué par le Parlement en 2018 alors qu'il était encore en prison. "La Russie c'est un mensonge, les Russes ne veulent pas de la paix dans le Donbass (l'Est ukrainien en guerre, ndlr), ils ne veulent pas de la paix pour l'Ukraine, ils veulent que nous vivions à genoux, ils veulent diriger la politique européenne selon leurs méthodes et nous ne pouvons pas le permettre", a-t-il averti devant les députés européens.

Libé
Jeudi 28 Novembre 2019

Lu 682 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif