Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Magic System
"Acceptez vos différences!", lance sur scène Jo, du duo musical TNT, aux quelques milliers de spectateurs du UE-Magic Tour, une tournée organisée par l'Union européenne et le célèbre groupe ivoirien Magic System.
Officiellement, le but de cette caravane, qui a sillonné pendant un mois la Côte d'Ivoire du Nord au Sud était de "partager des valeurs". Mais à moins d'un an de la présidentielle de 2020 qui s'annonce tendue, le message de "paix" est vite devenu le thème central dans un pays où le souvenir des 3.000 morts et les violences de la crise post-électorale de 2010-2011 est toujours vivace.
La star du Coupé-Décalé Safarel, la chanteuse-actrice-animatrice Daysie, l'humoriste Amiral Enk2K, la vedette du Zouglou Molière... Une trentaine d'artistes ont emboité le pas à Magic System et accepté les règles du jeu: prôner des valeurs sur scène entre les morceaux.

Mohamed Bendahan
Le cinéma marocain est l’un des secteurs d’industries culturelles les plus régulés et soutenus par les pouvoirs publics, a affirmé vendredi à Athènes Mohamed Bendahan, enseignant et chef du département des sciences de l’information et de la communication à la faculté des lettres et des sciences humaines de l’Université Mohammed V de Rabat.
Les mesures de soutien prises par l’Etat permettent de véhiculer une image d’un secteur cinématographique performant sur le plan quantitatif, a souligné M. Bendahan lors du colloque international de sociologie de la communication organisé dans la capitale grecque sous le thème "Récits filmiques et médiatiques de la crise: représentations contemporaines".
La configuration générale de la filière est caractérisée par la mise en place d’une nouvelle réglementation et le renforcement du rôle des structures institutionnelles de l’Etat notamment à travers les fonds d’aide publique à la filière cinématographique, a-t-il indiqué.
Rappelant que la filière cinématographique est l’un des secteurs d’industries culturelles les plus anciens au Maroc, l’intervenant a précisé que les premières projections de films y étaient connues dès le début du 20ème siècle, ajoutant que dans les années 70, le Royaume disposait d’un parc cinématographique de 350 salles de projection et la production moyenne y était de deux films par an dans la décennie 80.

Mercredi 13 Novembre 2019

Lu 107 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com