Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Festival de Guelmim

La 9ème édition du Festival de la semaine du dromadaire s'est ouverte dimanche à Guelmim, sous le signe "La préservation du patrimoine immatériel et la durabilité de l'action de développement renouvelée". La cérémonie d'ouverture a démarré avec des spectacles d’équitation traditionnelle "Tbourida" et des shows artistiques qui ont réussi à attirer un large public. 
L’édition 2019 du festival, organisée dans le sillage des évènements marquant la célébration de la Fête du Trône, propose également une exposition de l’économie sociale et solidaire, des compétitions de l’art culinaire traditionnel et de la poésie, outre des soirées artistiques populaires animées par des troupes hassanies, amazighes et d’Ahwach. 
Outre les soirées artistiques, cette manifestation (21-27 juillet) prévoit d’autres spectacles de "Tbourida" et de courses de dromadaires, en plus d'une compétition pour choisir les meilleures races de chamelles, d'une tente poétique et des expositions de chamelles dans les plus importantes avenues de la ville. Cet événement se veut un hommage au dromadaire, eu égard à la place symbolique qu’il occupe dans la culture du Sahara et le patrimoine civilisationnel d’Oued Noun et un rendez-vous annuel d’échanges culturels et artistiques entre les différentes composantes locales, nationales et internationales.

L’art de l'Aïta

La 15ème édition du Festival ‘’Authenticité de l’art du Aïta’’ aura lieu du 28 au 30 juillet courant à Casablanca sous le thème ‘’L’art de l'Aïta, un patrimoine immatériel’’.
Cette édition est organisée en partenariat avec la commune de Casablanca et le soutien du ministère de la Culture et s’inscrit dans le cadre notamment des festivités du 20ème anniversaire de l'accession de SM le Roi Mohammed VI au Trône de ses glorieux ancêtres, a indiqué Naïma Zlika, présidente de l’Association culturelle Bouchaïb Zlika pour l’art de l’Aïta. Mme Zlika a souligné que cette manifestation vise à préserver ce patrimoine culturel populaire, notamment le volet relatif au Marsaoui, sensibiliser les jeunes quant à l’importance de cet art populaire et renforcer la documentation et l’archivage dans ce domaine.
Il s’agit également d’une occasion pour rendre hommage aux pionniers de cet art, dont certains ont joué un rôle important en incitant les Marocains, à travers leurs œuvres, à lutter contre le colonisateur, a-t-elle ajouté, rappelant, à cet égard, l’œuvre de ‘’Kharboucha’’.
Évoquant le programme de cette manifestation, Mme Zlika a noté que l’ouverture de ce Festival sera marquée par l’organisation d’une conférence sur ‘’Les interactions entre Hasbaoui et Marsaoui’’, qui sera animée par des universitaires.

Libé
Mardi 23 Juillet 2019

Lu 230 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.