Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Bouillon de culture




Taha Abderrahmane
Le philosophe marocain Taha Abderrahmane a animé, mercredi soir à l’Académie du Royaume du Maroc, une conférence sur "La justice universelle et le dépositarisme", concept selon lequel l'Homme est par nature dépositaire d'une mission de promotion des bonnes actions dans le monde.  S’exprimant devant un parterre d'intellectuels et d'universitaires, l'éminent professeur a d'emblée mis en évidence les notions de la pensée dite du "fiduciarisme" et du renouveau spirituel, basées sur trois principes que sont la nature spirituelle, le principe de confiance et le développement spirituel. Sous cet angle, l'intellectuel marocain a insisté sur l'importance du renouvellement de la religion et de la moralisation de la modernité, mettant en avant le besoin d’appliquer le principe du développement spirituel, en tant que notion qui interpelle l’individu à concrétiser les valeurs morales et la spiritualité requises en vue de préserver la préséance de l’être humain dans l’univers et de faire face aux nouveaux défis et crises qui menacent les valeurs humaines.

Ahlam Jebbar
Le beau-livre "Ce Maroc que l'on aime" de la journaliste et écrivaine Ahlam Jebbar, a été présenté, jeudi, à Casablanca, lors d’une cérémonie organisée au profit de l’Association "Les yeux de Aicha". Réalisé en collaboration avec l'agence Maghreb arabe presse (MAP), cet ouvrage, paru aux éditions Première Ligne, recueille en 9 parties les témoignages de femmes et d'hommes qui ont contribué, chacun dans son domaine, au Maroc d'hier, d'aujourd'hui et de demain, dans une sorte de croisement de regards, de souvenirs et de pensées de personnalités connues. A cette occasion, le directeur général de la MAP, Khalil Hachimi Idrissi, a souligné que ce livre est un meilleur outil pour présenter le Maroc dans sa diversité, se félicitant de la qualité des témoignages des personnalités qui ont exprimé leurs sentiments patriotiques. Hachimi Idrissi, qui a livré son témoignage dans cet ouvrage, a relevé qu’il existe un attachement génétique à un territoire qui fait le premier lien avec la patrie", en ce sens que la mère est "à la fois notre territoire génétique et notre espace premier", d’où "le beau raccourci" de mère patrie.

Samedi 27 Avril 2019

Lu 326 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com