Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Boris Johnson échappe à une fronde dans son camp



Le Premier ministre britannique Boris Johnson a évité mercredi une rébellion venue de son propre camp conservateur, mais a été accusé par le président de la Chambre des communes de traiter les députés avec mépris.

Une cinquantaine de députés conservateurs menaçaient de soutenir une motion exigeant que les parlementaires aient leur mot à dire sur les mesures prises par le gouvernement pour empêcher la propagation de la maladie de Covid-19, accusant l'exécutif de gouverner "par décret". Mais le président de la Chambre des communes, la Chambre basse du Parlement, Lindsay Hoyle, a refusé de laisser les députés s'exprimer sur cette proposition, estimant que le temps manquait pour un débat approprié. Tout en infligeant un revers aux rebelles, M. Hoyle a lancé une attaque cinglante contre le gouvernement et la manière dont celui-ci a instauré de nouvelles restrictions. "Je compte sur le gouvernement pour remédier à une situation que je considère comme absolument pas satisfaisante", a déclaré le "speaker", juste avant que Boris Johnson ne prenne la parole pour la séance hebdomadaire de questions au Premier ministre. "Je compte désormais sur le gouvernement pour rétablir la confiance avec cette Chambre et ne pas la traiter avec le mépris dont il a fait preuve", a-t-il lancé.

M. Hoyle a déjà réprimandé à plusieurs reprises le gouvernement pour avoir annoncé aux médias des mesures liées à la pandémie avant de le faire au Parlement et pour avoir laissé un temps insuffisant aux parlementaires pour en débattre avant leur entrée en vigueur. Le gouvernement de Boris Johnson avait déjà été accusé de mépriser les députés après avoir suspendu la session parlementaire l'an dernier à un moment crucial du processus de sortie de l'Union européenne - une décision plus tard annulée et jugée illégale par la Cour suprême. Face à la pandémie, un confinement national avait été décrété en mars, puis levé progressivement à l'été. Mais de nouvelles restrictions ont été introduites ces dernières semaines, en raison de l'augmentation du nombre de personnes infectées.

Libé
Jeudi 1 Octobre 2020

Lu 255 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS