Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au moins 8 morts tués dans l’est de la RDC

Report d'une réunion du Conseil de sécurité sur l’élection présidentielle




Au moins huit civils, dont des membres de familles de militaires, ont été tués dans la nuit de lundi à mardi dans une incursion d'hommes armés à Beni dans l'est de la République démocratique du Congo, a-t-on appris auprès de l'armée.
"Huit personnes [ont été] tuées dont cinq membres de familles des militaires" dans la commune de Mavivi au nord de Beni, a déclaré à l'AFP le capitaine Mak Hazukay, porte-parole de l'armée dans la région. La police qui avançait le même bilan a ensuite revu à la hausse son décompte qui est passé à 10 morts.
Un responsable de la société civile locale et un observateur ont avancé le bilan de "11 civils tués".
La ville et le territoire de Beni sont depuis octobre 2014 la cible d'attaques généralement attribuées au groupe armé d'origine ougandaise des Forces démocratiques alliées (ADF).
Les autorités congolaises et la Mission des Nations unies en RDC (Monusco) accusent les ADF d'être responsables de massacres de plusieurs centaines de morts dans cette région de Beni.
Historiquement des rebelles ougandais musulmans, les ADF sont aussi tenus responsables de la mort de 15 Casques bleus tanzaniens tués en décembre 2017 dans la même région et sept autres Casques bleus malawites et tanzaniens en novembre.
L'Eglise catholique a dernièrement évoqué le chiffre de 2.000 morts, essentiellement des civils dans la région de Beni depuis 2014.
Les élections du 30 décembre en RDC ont été annulées à Beni officiellement en raison de l'insécurité et de l'épidémie d'Ebola qui touche également Beni.
Par ailleurs, le Conseil de sécurité de l'ONU a repoussé une réunion sur l'élection présidentielle en République démocratique du Congo à la demande de l'Afrique du Sud, après le report de l'annonce des résultats par la Commission électorale, ont indiqué des diplomates.
La réunion publique, prévue initialement hier, devrait avoir lieu vendredi selon des diplomates du Conseil de sécurité.
Ses membres s'étaient réunis vendredi à huis clos à la demande de la France mais les différentes puissances n'avaient pas réussi à s'entendre sur un communiqué de presse avant la publication des résultats en RDC.
L'Afrique du Sud, aux côtés de la Russie et de la Chine, ont pesé fortement pour retarder toute initiative jusqu'à ce que les résultats soient annoncés, selon des diplomates.
Dimanche, la Commission électorale (Céni) en RDC a renvoyé sine die la publication des résultats provisoires, affirmant que seuls 53% des résultats avaient été traités depuis le scrutin du 30 décembre.
Les Nations unies ont hâte de voir "la publication dans les meilleurs délais des résultats provisoires par la commission", a dit le porte-parole du secrétaire général de l'ONU Stéphane Dujarric.
Tous les acteurs en RDC ont la responsabilité d'"aider à garder un environnement sans violence" pour garantir une fin de vote pacifique "qui reflète la volonté du peuple congolais", a-t-il ajouté.
Avant la réunion du Conseil vendredi, l'ambassadeur sud-africain à l'ONU Jerry Matjila avait indiqué à des journalistes que le monde devait être "très, très patient" pendant le décompte des voix.
Pendant la réunion, la France avait souhaité publier des "éléments de presse" au nom du Conseil pour exhorter Kinshasa à respecter l'issue du scrutin, sur fond de craintes de fraude électorale qui donnerait la victoire au candidat du parti au pouvoir.
Les puissances occidentales espèrent que ce pays connaîtra son premier changement pacifique à la tête de l'Etat depuis son indépendance en 1960.
Le président Joseph Kabila, au pouvoir depuis 2001, n'était pas candidat à sa réélection. Trois principaux candidats sont en lice pour la succession du président Kabila, son dauphin, l'ex-ministre de l'Intérieur Emmanuel Ramazani Shadary, et les deux opposants Martin Fayulu et Félix Tshisekedi.

Mercredi 9 Janvier 2019

Lu 770 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés

Maroc Casablanca www.my-meteo.com