Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Soudan, les belligérants s'engagent sur les règles humanitaires mais pas de trêve


Libé
Vendredi 12 Mai 2023

Des frappes aériennes, des explosions et des tirs de DCA ont retenti vendredi à Khartoum, après la signature dans la nuit d'un accord sur l'ouverture de couloirs pour permettre aux civils de quitter les zones de combat au Soudan et à l'aide humanitaire d'arriver.

Les émissaires des deux généraux qui se disputent le pouvoir ont signé dans la nuit de jeudi à vendredi à Jeddah, en Arabie saoudite, ce document de quatre pages, dont l'AFP a eu copie, qui ne mentionne pas de trêve, après presque quatre semaines de combats qui ont fait plus de 750 morts, 5.000 blessés et plus de 900.000 déplacés et réfugiés.

Au terme de six jours de négociations sous l'égide de l'Arabie saoudite et des Etats-Unis, les émissaires de l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et des paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR), du général Mohamed Hamdane Daglo, ont signé cette "déclaration de Jeddah pour la protection des civils au Soudan".

Les négociations vont se poursuivre pour parvenir à une nouvelle trêve temporaire permettant l'acheminement de l'aide, pouvant aller jusqu'à dix jours, selon le département d'Etat américain.
Jusqu'à présent, Washington et Ryad ont annoncé avoir obtenu des deux camps une demi-douzaine de promesses de trêve, jamais respectées.

Un témoin dans le sud de Khartoum a fait état vendredi matin du passage d'avions de chasse et de bruits d'explosions et de combats. Un autre dans le nord de la capitale disait avoir entendu "des frappes aériennes et des tirs de batteries antiaériennes".

Au Darfour, dans l'ouest frontalier du Tchad, des témoins ont signalé des tirs d'artillerie sur la ville d'El-Geneina, auxquels tentaient d'échapper les habitants.

La situation est particulièrement sensible au Darfour, déchiré dans les années 2000 par une guerre civile sanglante. Selon l'ONU, 450 personnes ont été tuées à El-Geneina dans les récents combats auxquels participent, outre militaires et paramilitaires, des civils armés et des combattants tribaux ou des groupes armés locaux.

Depuis le 15 avril, les protagonistes s'accusent mutuellement de tuer des civils: l'armée assure que les FSR, dont les bases sont disséminées à travers des quartiers densément peuplés de Khartoum, s'en servent comme "boucliers humains" et les FSR dénoncent les frappes aériennes de l'armée sur la capitale de plus de cinq millions d'habitants.

Mais à Jeddah, ils se sont mis d'accord pour "créer des passages sécurisés pour que les civils puissent quitter les zones de combats vers la direction de leur choix".
Ils se sont engagés à "autoriser et faciliter rapidement le passage de l'aide humanitaire" ainsi que "le passage des humanitaires vers et dans le pays".

Au moins 18 employés humanitaires ont été tués jusqu'ici alors qu'ils tentaient de venir en aide à une population traumatisée.

Depuis quatre semaines, des millions de Soudanais, principalement à Khartoum, sont barricadés chez eux, survivant à une chaleur étouffante sans eau courante ni électricité.

Partout, la nourriture, l'argent et le carburant commencent à manquer et l'ONU prévient d'une montée en flèche de la faim, un fléau qui afflige de longue date le Soudan, l'un des pays les plus pauvres au monde, ainsi que d'un quadruplement des prix.
L'Organisation mondiale de la Santé (OMS) estime que 60 % des centres de santé à Khartoum sont fermés.

"L'OMS est prête à envoyer plus de 110 tonnes de matériel médical d'urgence de Port-Soudan", une ville sur la mer Rouge dans l'est du Soudan, vers d'autres destinations dans le pays, mais a besoin d'assurances sur la sécurité de leur acheminement, a déclaré jeudi soir un porte-parole de l'ONU, quelques heures avant l'annonce de l'accord.

Washington espère que cet accord créera une "dynamique" pouvant aboutir à l'acheminement d'aide, a expliqué une responsable américaine, reconnaissant que les belligérants n'en étaient "pas encore là".
Les Forces de la liberté et du changement (FLC), le bloc civil chassé du pouvoir en octobre 2021 par le putsch des deux généraux aujourd'hui en guerre, ont salué la déclaration de Jeddah comme "un premier pas dans la bonne direction".

L'ONU, l'Union africaine et l'Igad, l'organisation régionale de l'Afrique de l'Est dont le Soudan fait partie, ont également salué conjointement cet accord, "un premier pas important pour alléger les souffrances des Soudanais".

A bord d'un avion d'évacuation, Abderrahmane Ibrahim raconte à l'AFP avoir fui Khartoum par bus avec sa mère et sa soeur. "J'espérais voir le pays se développer", dit-il, "mais maintenant je pense que le Soudan a besoin d'au moins dix ans pour retrouver sa stabilité".


Lu 897 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p