Libération



Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au Maroc, une “effervescence” culturelle empreinte de diversité et d'altérité


Une dynamique, qui donne libre cours à l'émergence de nouvelles formes d'expression et de création artistique



A l'instar des autres secteurs de développement qui connaissent un essor remarquable à la faveur d'une dynamique vertueuse de réformes engagées sous le leadership visionnaire de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, la scène culturelle, elle, vit au rythme d'une "effervescence" qui consacre les valeurs immuables de la diversité et de la tolérance et qui embrasse les vertus de l'altérité et de l'ouverture.
Cette dynamique, qui donne libre cours à l'émergence de nouvelles formes d'expression et de création artistique reflétant une authenticité marocaine ouverte, en même temps, sur les courants et les tendances modernes, s'illustre notamment par les différents festivals et Moussems annuels, les expositions d'art et les diverses manifestations artistiques et culturelles qui se tiennent dans plusieurs parties du Royaume. Sans nul doute, ces rendez-vous, devenus incontournables pour les "esprits" épris d'art et de création, mettent en lumière la richesse, la diversité et les facettes multiformes d’une culture millénaire, authentiquement marocaine, ancrée dans l’histoire et ouverte sur l’avenir.
Une ouverture concrétisée notamment par le Festival Mawazine-rythmes du monde, organisé du 22 au 30 juin, qui traduit parfaitement ce foisonnement culturel du Royaume. En effet, cet événement, symbole de brassage et de diversité culturelle, est devenu un rendez-vous incontournable et une vitrine universelle de la musique nationale et mondiale.
La ville de Rabat voit ainsi, à l’occasion de cette grand-messe artistique, ses espaces urbains transformés avec l’installation de scènes gigantesques, réunissant toutes les conditions nécessaires aussi bien pour les mélomanes marocains qu'étrangers venus des quatre coins du monde pour goûter aux expressions musicales nationales et internationales.
Quant aux férus des belles fusions, ils ont eu droit à trois jours de fête à l’occasion du Festival Gnaoua et musiques du monde d'Essaouira, dont la 21ème édition a été organisée du 21 au 23 juin sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI.
Mettant la nouvelle génération des maâlems au cœur de cette édition à travers une programmation spéciale intitulée "La relève Tagnaouite", le festival a offert à dix maâlems, représentants de la nouvelle génération gnaouie, l’occasion de se produire sur la scène Place Moulay Hassan, qui a vu passer les plus grands maîtres et une pléiade de rencontres entre la musique gnaoua et les musiques du monde.
Outre le domaine de la musique, la 14ème édition du Moussem de Tan Tan, tenue du 4 au 9 juillet sous le signe "Le Moussem de Tan-Tan, un facteur de rayonnement de la culture hassanie", a été marquée par une programmation riche et variée avec au menu un carnaval, un salon d'artisanat et une conférence économique "Green investment conference", l’occasion de réunir des acteurs économiques nationaux et internationaux pour débattre des défis relatifs à la promotion du climat des affaires et des opportunités d'investissement au sein des secteurs public et privé, au niveau national et dans le Sud du Royaume.
Sur un tout autre registre, le Moussem d’Assilah, organisé du 29 juin au 29 juillet, a proposé, lors de sa 40ème édition, dont l'Afrique était l'invitée d'honneur, divers événements culturels et artistiques, notamment des séminaires, des ateliers, des spectacles de musique, des défilés de mode, ainsi que des expositions. Le choix porté sur l'Afrique renseigne sur la détermination du Maroc à s'ouvrir encore plus sur sa profondeur africaine. 
Quant aux nombreuses expositions organisées récemment par la Fondation nationale des musées du Maroc, dont la dernière en date a rassemblé quelque 80 pièces majeures de la collection du Centre Pompidou autour du thème "la Méditerranée et l’art moderne", elles ont non seulement mis en avant les efforts déployés pour favoriser l’accès à la culture, mais également le Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain en tant qu’édifice culturel phare du Royaume.
Pour l’artiste plasticien Sidi Mohammed Mansouri Idrissi, président fondateur de l'Association "la Pensée Plastique" à Rabat, SM le Roi Mohammed VI accorde une attention particulière à la culture, qui est considérée comme une industrie créative.
Cette vision Royale se traduit non seulement par les différentes manifestations artistiques, mais également par le nombre d’infrastructures culturelles récemment édifiées, avait confié M. Mansouri Idrissi à la MAP.
Il a également relevé que les messages et signaux envoyés par SM le Roi dans le domaine de la culture sont parfaitement captés par la société civile qui se mobilise entièrement afin de promouvoir la diversité culturelle au Maroc.
La vision Royale place la culture et les arts au cœur de toute stratégie viable de développement et inspire l’action de l’ensemble des acteurs pour apporter une contribution précieuse et constructive à cet élan culturel dans toutes ses manifestations et partant consacrer l'image du Maroc en tant que berceau de la diversité et de l'art. 
Fort d'une histoire millénaire et d'un patrimoine très riche et diversifié, le Maroc est résolument engagé, sous le leadership de Sa Majesté le Roi, à conforter sa position dans le concert des nations en tant que pays attaché à l'édification d'un monde meilleur qui célèbre la sublimité et la transcendance de l'art dans toutes ses formes.

Libé
Lundi 30 Juillet 2018

Lu 930 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.