Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Au COREP de l'UA, le Maroc souligne la nécessité de la bonne gouvernance et de la reddition des comptes


Libé
Lundi 3 Juillet 2023

Au COREP de l'UA, le Maroc souligne la nécessité de la bonne gouvernance et de la reddition des comptes
Les principes de la bonne gouvernance administrative et financière et de la reddition des comptes sont des prérequis incontournables pour l'instauration d'une institution efficace et efficiente, a souligné, vendredi à Addis-Abeba, l’Ambassadeur représentant permanent du Royaume auprès de l’Union africaine (UA), Mohamed Arrouchi.

Grâce à ces principes, l'UA sera à même de contribuer au changement de la vie quotidienne du citoyen africain et faire face aux multiples défis qu’affronte le continent, a affirmé M. Arrouchi lors des travaux de la réunion de la 46è session ordinaire du Comité des représentants permanents (COREP) de l’UA.

Analysant le projet de budget de l’UA pour l’année 2024, le diplomate marocain a indiqué que la réflexion devrait aller au-delà des chiffres et s'attarder plutôt sur les multiples défis qu’affronte l'Afrique, mettant en garde contre des prévisions budgétaires qui contraignent l'Organisation à "survivre au lieu de servir."

De même, M. Arrouchi a rappelé "l’équation des obligations et droits pour tous les Etats membres au sein de la Commission", ajoutant que le processus de réforme départementale de l’UA ne peut se faire au détriment de la sous-représentation des pays les moins représentatifs.

"Ainsi, toutes les propositions de la Commission ne visant pas à remédier au déséquilibre de la représentation ne serait juste et conforme à l’esprit de panafricanisme", a-t-il insisté.

Par ailleurs, le diplomate marocain s’est arrêté sur le processus de réforme de l’Union et de la gouvernance, mettant en exergue les défaillances systémiques d’impartialité des compétences et de la performance du personnel de la Commission.

A cet égard, il a rappelé la nécessité de la reddition des comptes et des sanctions à entreprendre d’urgence à l’égard des membres du personnel impliqué dans toutes les violations des règles de procédures et de respect des décisions.

Par ailleurs, il a appelé à l’inscription d’un point permanent sur "la gouvernance institutionnelle de l’Union" à l’ordre du jour des organes délibérants, estimant que "la bonne gouvernance administrative et financière au sein de l’Organisation demeure un prérequis indispensable à toute action africaine commune, efficace et efficiente au cœur des intérêts du continent."


Lu 345 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dossiers du weekend | Actualité | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020











Flux RSS
p