Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Attaque-suicide contre une église au Pakistan




Au moins 5 morts et une vingtaine de blessés

Au moins cinq personnes ont été tuées et 21 blessées dimanche lors d'une attaque suicide commise contre une église du sud-ouest du Pakistan à quelques jours de Noël, a annoncé la police.
L'attaque a été perpétrée par deux kamikazes contre l'Eglise méthodiste de Quetta, capitale de la très instable province du Balouchistan, au moment du service religieux dominical.
Le chef de la police provinciale, Moazzam Jah, a précisé à l'AFP que deux femmes figuraient parmi les cinq morts. Cinq des 21 blessés ont été grièvement atteints.
D'après le ministre de l'Intérieur du Balouchistan, Sarfraz Bugti, la police a intercepté et abattu l'un des kamikazes avant qu'il ne réussisse à entrer dans l'église. Mais le second assaillant a pu gagner la porte principale de l'édifice où il s'est fait exploser.
"La police a été prompte à réagir pour empêcher les assaillants d'entrer dans le hall principal et les a attaqués devant" l'édifice, a poursuivi M. Jah.
En temps normal, environ 250 fidèles assistent au service du dimanche mais en cette période de Noël, l'affluence était plus grande et 400 personnes étaient présentes, selon le ministre de l'Intérieur.
"Dieu nous en préserve, si les terroristes étaient parvenus à leurs fins, plus de 400 vies précieuses auraient été menacées", a dit M. Bugti sur Twitter.
Sur des images diffusées par la télévision pakistanaise, on pouvait voir des bancs d'église brisés ainsi que des morceaux d'instruments de musique éparpillés sur le sol ensanglanté.
Les chrétiens représentent environ 1,6% des 200 millions de Pakistanais. Ils sont quotidiennement victimes de discriminations dans le Pakistan à majorité musulmane, vivent dans la peur d'accusations de blasphème, souvent utilisées à tort contre les minorités pour régler des conflits personnels. Ils sont cantonnés dans les professions les plus mal payées.
Comme d'autres minorités religieuses, ils sont également la cible de violences islamistes. En 2016, l'une des pires attaques survenues au Pakistan avait fait 75 morts, dont de nombreux enfants, dans un parc de Lahore le week-end de Pâques.
Cette attaque avait été revendiquée par le Jamaat-ul-Ahrarn, une faction des talibans pakistanais.
Le Balouchistan, qui borde l'Iran et l'Afghanistan, est une province riche en ressources naturelles mais secouée par une insurrection séparatiste et des violences islamistes.
C'est la plus vaste des quatre provinces que compte le pays. Ses sept millions d'habitants se plaignent depuis longtemps de ne pas recevoir une part équitable de ses richesses.
Ces dernières années, les autorités mènent campagne pour tenter de promouvoir la paix et le développement économique, ce qui a réduit considérablement le niveau des violences dans la province.

Libé
Lundi 18 Décembre 2017

Lu 524 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito












Mots Croisés