Alec Baldwin au coeur d’ une tragédie sur un plateau de tournage

Une directrice de la photographie tuée et un réalisateur blessé


Libé
Vendredi 22 Octobre 2021

Alec Baldwin en larmes. C’est du déjà vu. Que ce soit dans le Saturday Night Live, une émission humoristique américaine, ou dans la peau des nombreux personnages qu’a interprétés le comédien dans sa carrière. Sauf que cette fois, ce sont des larmes de tristesse qui ont coulé sur les joues de Baldwin.

Selon l’AFP, l’acteur a tué une femme et blessé grièvement un homme avec une arme à feu factice sur un plateau de tournage au Nouveau-Mexique, décors du western “Rust”. La femme abattue n’est autre que Halyna Hutchin, 42 ans, une figure du cinéma américain. Originaire d'Ukraine, elle a grandi sur une base militaire soviétique dans le cercle polaire avant de voyager à Los Angeles pour y étudier le cinéma. Présente sur le plateau en qualité de directrice de la photographie, elle a été transportée rapidement à l'hôpital par hélicoptère suite à sa blessure par balle. Mais elle a fini par succomber à ses blessures avant même d’avoir été prise en main par le corps médical. 

La seconde personne concernée par cette horrible tragédie est le réalisateur Joel Souza (Opération fantômes, Le Trésor de Hannah,...). Emmené d’urgence au Christus St. Vincent's Regional Medical Center en ambulance, peu de temps après avoir été touché, le réalisateur de 48 ans a d'abord été admis en soins intensifs selon l'AFP, avant de sortir de l'hôpital après que son état s’est stabilisé, si l’on en croit l'actrice Frances Fisher, l'une des vedettes de “Rust”.

 Pour le moment, la police a indiqué que l'enquête suivait son cours, précisant qu'aucune charge n'avait encore été retenue. Mais Alec Baldwin a du mal à s’en remettre. En larmes après le drame, l’acteur, plus connu pour son rôle de Jack Donaghy dans la sitcom 30 Rock de NBC, mais aussi pour son interprétation de Donald Trump dans l'émission à sketchs “Saturday Night Live”, a déclaré que l'incident “était dû au mauvais fonctionnement d'un pistolet d'appoint à blanc”.

Le porte-parole du shérif local a expliqué à l’AFP que Baldwin a entièrement collaboré avec les détectives. "Il est venu de son plein gré et a quitté le bâtiment après avoir terminé ses entretiens", a souligné le porte-parole. De son côté, le président de la guilde, John Lindley, et la directrice exécutive, Rebecca Rhine, veulent éviter toutes conclusions hâtives. “Les détails ne sont pas clairs pour le moment, mais nous nous efforçons d'en savoir plus et nous soutenons une enquête complète sur cet événement dramatique”, ont-ils déclaré.

Alec Baldwin, coproducteur du film “Rust”, y interprète son homonyme, un hors-la-loi qui tente de tirer d'affaires son petit-fils de 13 ans, condamné pour homicide involontaire. Le long métrage promettait monts et merveilles. Mais dans la mémoire collective, la tragédie qui s’y est jouée sera certainement derrière son abandon. M. Mortimer, le réalisateur et ex-collaborateur de Halyna Hutchin, s’est dit “triste de perdre Halyna. Et tellement furieux que cela puisse arriver sur un plateau". 

Pourtant, ce n’est pas la première fois qu’un tel drame se noue sur un plateau de tournage. Le tragique accident évoque des souvenirs extrêmement rares mais loin d'être inédits. De tout temps, des armes à feu sont utilisées pour les tournages, chargés à blanc. Autrement dit, avec des cartouches qui créent un flash et une détonation sans décharger de projectile.

Mais en 1993, Brandon Lee (28 ans), fils de la star des arts martiaux Bruce Lee, est lui aussi décédé sur un plateau de tournage après avoir été accidentellement touché par une arme factice. L'enquête avait conclu que l'arme utilisée avait déjà tiré une cartouche qui s'était logée dans le canon. Et en général, lorsque des balles à blanc sont tirées plus tard, la cartouche est délogée et libérée. S'achemine-t-on vers les mêmes conclusions dans le cas d’Alec Baldwin ? L’avenir nous le dira.

Chady Chaabi 


Lu 1765 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.
br

Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 8 Décembre 2021 - 18:00 Les couvre-chefs de Chafik Ezzouguari (*)