Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Alcazar renaît de ses cendres

Bonne nouvelle pour les cinéphiles tangérois



Propriété de la ville de Tanger depuis plus de dix ans, la célèbre salle de cinéma Alcazar retrouve un second souffle. Après avoir été laissée à l’abandon pendant plusieurs années, elle a enfin pu être réhabilitée grâce à un programme de restauration des cinémas, dans le cadre d’un projet global de réhabilitation et de valorisation de la médina de Tanger.
Pour redonner à la salle son originalité et sa personnalité et pour inscrire l’ensemble du projet dans l’histoire du lieu, la réhabilitation a porté sur la restructuration et la requalification des espaces intérieurs de la salle, du plateau scénique, de la régie, et le réaménagement des espaces d’accueil. Inauguré en 1919, Alcazar constituait, aux côtés des salles Capitole et Vox, un repère indispensable des cinéphiles tangérois. Considéré à la fois comme un lieu de culture charismatique et un pilier du patrimoine architectural de Tanger, sa restauration constitue aujourd’hui une restitution réelle de la mémoire de la ville.
Ce n’est pas un hasard que les salles de cinéma occupaient habituellement une place de choix aux centres villes. L’attrait du cinéma hollywoodien faisait de ces salles un lieu culturel et économique des plus importants. Tout comme l’ouverture d’un cinéma enrichissait le centre ville au début des années 1920, la remise en fonction d’une ancienne salle pourrait s’avérer un atout majeur pour la revitalisation économique de la Médina.
Il faut dire que les grandes salles de cinéma et les centres d’art récents misent aujourd’hui sur des équipements audio-visuels et techniques sophistiqués où l’on porte moins attention à l’emplacement et l’aspect esthétique. Les villes salles possèdent, quant à elles, ce double avantage d’être bien situées et d’être dotées d’un caractère architectural très attrayant.
Dans un entretien que l’ancien directeur du CCM, le regretté Noureddine Sail avait accordé à la MAP en marge du Festival national du film, il avait souligné que «cette salle est un témoignage réel de l’aventure cinéphile et du 7ème art dans la ville du détroit». «Alcazar est le cœur battant du cinéma à Tanger en plus de la salle Vox», avait-il précisé. Cette salle obscure, a été, pour lui, la première école et université cinématographique aux côtés du «Capitole» et du «Vox», précisant qu’il a lui même fait la découverte du cinéma international à Alcazar et des films égyptien au «Vox».
Aujourd’hui, la réhabilitation de cette salle mythique peut servir différents objectifs: fournir une salle de spectacles ou uniquement une salle de projection de films, comme elle peut aussi accommoder des écoles d’art (théâtre, danse, chant, etc.), et des associations qui y tiendront leurs congrès, réunions et conférences. 

Mehdi Ouassat
Mercredi 23 Juin 2021

Lu 619 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS