Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdessamad El Azrak et Victoria El Asbat enchantent le public casablancais

Les deux musiciens ont gratifié les mélomanes d'un florilège des plus belles mélodies classiques




 Le flûtiste Abdessamad El Azrak et la pianiste Victoria El Asbat ont gratifié, mardi soir à Casablanca, les mélomanes d'un florilège des plus belles mélodies classiques, lors de la soirée d’ouverture de la nouvelle saison de musique de chambre de l'Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM). Au début de ce concert de haute facture, organisé à l’Ecole internationale de musique et de danse, le duo de l’OPM a su capturer les esprits en interprétant, avec grâce et brio, des chefs-d’œuvre de Beethoven, Mascagni, Mendelssohn et de Schubert, au grand plaisir des mélomanes qui se sont délectés à l'écoute des airs distillés par des mélodies des plus célèbres. Le flûtiste et la pianiste ont ainsi interprété, pour l'occasion, plusieurs titres romantiques et classiques dont "Sérénade en ré majeur opus. 41", "Intermezzo sinfonico de Cavalleria Rusticana", "Romance sans parole" et "Introduction et variations opus. 160".Dans une ambiance décontractée et intime, l’Ecole internationale de musique et de danse de la ville blanche a eu le privilège de se métamorphoser en une véritable scène de douceur et de romantisme d’autrefois. "Pour la première soirée de la nouvelle saison de musique de chambre, l’OPM a choisi de mettre en avant la flûte traversière en proposant des œuvres incontournables pour flûte et piano", a déclaré à la MAP le flûtiste Abdessamad El Azrak, faisant observer que la musique de chambre favorise les individualités artistiques et offre un répertoire de musique classique dédié à un petit ensemble instrumental. Le musicien a considéré que la flûte traversière est un instrument des plus lyriques auquel les compositeurs confient les mélodies les plus aériennes, précisant qu’elle se situe au cœur de l’orchestre et joue un rôle de soliste dans l’ensemble. L'OPM a également donné un concert à Rabat le 20 courant et sera à Marrakech le 22 du même mois dans le cadre de la première série de représentations lançant sa saison de musique de chambre intitulée "Jeudis de l’OPM".
Rappelons que l'Orchestre Philharmonique du Maroc (OPM) est une association à but non lucratif, devenue une référence en matière de musique classique au Maroc par la production de plus de 330 concerts. Il est aujourd’hui composé de 80 musiciens, essentiellement marocains, sélectionnés parmi les diplômés des grands Conservatoires marocains et européens. L’OPM a énormément contribué à valoriser le statut du musicien marocain, en permettant à ses instrumentistes de vivre de leur art. Il a atteint aujourd’hui une maturité qui lui permet de jouer les plus grandes œuvres du Répertoire Classique. «L’Orchestre Philharmonique du Maroc a franchi en 2014 le cap de ses 18 ans. Emblématique du Maroc contemporain qui s’ouvre au monde, à la modernité et à la culture, cette formation pionnière est un exemple d’initiative de la société civile du Royaume», explique Farid Bensaid, président fondateur de l'OPM. «Porté par les énergies réunies de ses musiciens, de ses amis et mécènes, et d’un ensemble d’institutions publiques et privées, l’Orchestre Philharmonique du Maroc a déjà abordé avec passion un large répertoire d’émotions et de sensibilités musicales», ajoute-t-il. Et de conclure : «L’OPM se produit devant un public fidèle avec un professionnalisme et une rigueur qu’ont salués tous les grands chefs et solistes qu’il a invités. C’est une véritable mission d’intérêt général que nous souhaitons accomplir : la transmission de valeurs de partage, de tolérance et d’ouverture sur le monde, à travers la Grande Musique».

M.O
Vendredi 21 Septembre 2018

Lu 759 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif