Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdellah Yacoubi expose sous le thème “Les Couleurs de l’âme”




L'artiste peintre, Abdellah Yacoubi, expose ses oeuvres à El Jadida jusqu'à la mi-août dans le cadre d'une exposition estivale organisée à El Jadida sous le thème « Les Couleurs de l’âme».
Le vernissage de cette exposition a eu lieu jeudi soir, en présence d’hommes de lettres, d'art et de culture, ainsi que des représentants des médias. Le public a pu ainsi explorer à travers une trentaine de ses belles toiles de différents formats, le langage universel décrit par ses oeuvres, à même de ravir les amateurs du monde entier. «Les Couleurs de l’âme», indique le plasticien dans une déclaration à la MAP, attestent de cette évolution exponentielle qui va dans le sens d’une nouvelle possibilité d’expression. Celle-ci s’exprime surtout dans les grands formats. Il s’agit, a-t-il ajouté, d’un syncrétisme de l’âme beaucoup plus que du regard, et d’une libération du poids quotidien de l’existence par le truchement de l’art. Un art à la fois éclatant et dépouillé, exempt de mièvrerie, aux tons épurés. En un mot : mystique, devait-il mentionner.
Le public aura le temps de découvrir les œuvres récentes de cet artiste peintre. A travers les éléments de la nature (arbres, étendues d’eau, vues désertiques), le peintre plonge l’observateur au cœur de cette quête allégorisée. Et c’est nettement perceptible à travers les personnages qu’il invite sur ses toiles, explique-t-il à la presse.
Yacoubi remet, en effet, en question la condition humaine et sociale de l’homme moderne. C’est d’ailleurs le cœur sensible de la peinture de ce plasticien qui s’investit depuis des années déjà dans un univers semi-figuratif aux allures et à la dimension métaphysiques, estime Jamal, étudiant en arts plastiques, invité à ce vernissage.
Tantôt monochromatique, tantôt sublimée par mille couleurs, les toiles de Yacoubi sont le fruit d'une profonde introspection dévoilant ses pensées, impressions et rêves au grand public, souligne, quant à elle, Khadija Idrissi, responsable du pôle communication à Mazagan Beach & Golf Resorts.
Né en 1950 à Fès, M.Yacoubi est un artiste engagé pour la cause nationale dès son très jeune âge. Pendant quatre décennies, il a été pionnier et leader dans la création dans le secteur de l’artisanat. À l’âge de 15 ans, il a décroché le troisième prix au Concours national de dessin organisé par la Fédération des œuvres laïques (FOL) au Maroc. Au début des années 2000, il s’est investi corps et âme dans la peinture et a commencé à exposer un peu partout au Maroc comme à l’étranger. Abdellah Yacoubi est également «Chevalier du Wissam du Trône».

Libé
Lundi 5 Août 2019

Lu 1013 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif