Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

Abdelhak El Mrini appelle à protéger le folklore marocain contre l'oubli




L'historiographe du Royaume, Abdelhak El Mrini, a appelé vendredi à promouvoir le folklore marocain avec ses diverses manifestations et à le protéger contre l'oubli, face aux défis de la mondialisation. Cet appel a été lancé lors de la conférence inaugurale du Salon international de l'édition et du livre.
Dans une allocution intitulée "Flashs sur le folklore marocain", M. El Mrini a affirmé que le folklore marocain est un patrimoine immatériel qui incarne un mélange culturel marocain d'origine amazighe, africaine, sahraouie, andalouse et arabe, et ce à travers toutes ses couleurs et dimensions civilisationnelles, en plus de ses styles oral et écrit.
Il a souligné, à cet égard, que ces particularités rendent le folklore marocain "attractif pour les chercheurs intéressés par ce patrimoine, chargés de sa protection contre l'oubli et sa préservation de la perte au même titre que sa valorisation et sa préservation", d'autant plus que "les affluents de notre culture populaire marocaine sous toutes ses formes, expriment nos manifestations économiques, sociales, religieuses et artistiques".
Pour El Mrini, la culture populaire marocaine n'est pas seulement un miroir des manifestations de notre vie, de ses formes, et de l'image de nos trésors artistiques, mais aussi l'un des moyens d'influencer le cours de notre vie qui s'adapte à toutes les formes et couleurs de la civilisation humaine et évoluent, aujourd'hui, à un grand rythme.
Il a, en outre, mis en avant les formes du folklore marocain multicolore, notamment les coutumes, les traditions, l'art artisanal, les traitements médicaux traditionnels, les festivals de musique folklorique et andalouse, ainsi que les mélodies et les plats traditionnels de toutes sortes,  mettant en relief les nombreuses manifestations culturelles et religieuses du folklore marocain, qui englobent des rituels et des spectacles tels que la fantasia (Tbourida) ou encore la célébration de l'Achoura et de la Shabanah.
Dans une déclaration à la presse à l'issue de la conférence, M. El Mrini a indiqué qu'il avait choisi le thème "Flashs sur le folklore marocain" pour son allocution, étant donné qu'il s'agit d'un sujet peu évoqué par les conférenciers, si bien qu'il a commencé à disparaître. "Le folklore est une partie importante de la civilisation, que le Marocain doit enseigner aux jeunes générations", a-t-il conclu.

Lundi 10 Février 2020

Lu 445 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif