Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

A Khartoum, artillerie lourde et renforts de troupe


Libé
Lundi 5 Juin 2023

L'artillerie continue de faire trembler Khartoum vendredi malgré les sanctions américaines contre l'armée et les paramilitaires, qui semblent préparer une escalade dans leur lutte pour le pouvoir.
Les bombardements de l'artillerie se sont poursuivis toute la nuit aux abords de la télévision d'Etat, ont rapporté des habitants à l'AFP.

Après sept semaines de guerre entre l'armée du général Abdel Fattah al-Burhane et les paramilitaires des Forces de soutien rapide (FSR) du général Mohamed Hamdane Daglo ayant fait plus de 1.800 morts et plus d'un million et demi de déplacés et réfugiés, Washington a haussé le ton.

La Maison Blanche a annoncé des sanctions à l'encontre de quatre entreprises: deux groupes d'armement de l'armée et deux sociétés, dont l'une opérant dans les mines d'or du Soudan, tenues par le général Daglo et deux de ses frères.

Selon une étude de 2019, ces deux groupes ont transféré des millions de dollars aux FSR depuis et vers des comptes en dirhams aux Emirats arabes unis.
Quelques heures après l'annonce des sanctions, l'armée a annoncé l'arrivée à Khartoum de nouvelles troupes en provenance d'autres Etats du Soudan.

"L'armée devrait lancer prochainement une offensive massive, c'est pour cela qu'elle s'est retirée" des négociations en Arabie saoudite pour un cessez-le-feu temporaire, décrypte sur Twitter la chercheuse Kholood Khair.
L'isolement diplomatique, martèlent depuis des années diplomates et experts, n'est pas une réelle menace pour les deux généraux en guerre.

Le général Daglo passe pour l'un des hommes les plus riches du Soudan --troisième producteur d'or d'Afrique-- et peut facilement forger des allégeances, et le général Burhane, comme tous ses pairs dans l'armée, a développé sous l'embargo des stratégies pour contourner les sanctions internationales.

Aujourd'hui, "l'armée veut enregistrer des gains militaires pour être dans une meilleure position en cas de reprise des négociations", assure Kholood Khair.

Depuis près d'un mois, les deux belligérants avaient accepté d'envoyer des émissaires à Jeddah, sur la mer Rouge, sous la pression des Etats-Unis et de l'Arabie saoudite. Ils y ont discuté deux semaines durant pour se mettre d'accord sur un engagement de principe visant à "protéger les civils". Puis ils ont signé deux trêves purement théoriques.
Sur le terrain, les combats continuent de faire des victimes, les pillages se poursuivent et les déplacés de plus en plus nombreux.

Mercredi, alors que l'armée sabordait les négociations à Jeddah, ses hommes déployaient des armes lourdes à Khartoum. Depuis lors, les canons n'ont cessé de tonner dans la capitale, tuant mercredi au moins 18 civils sur un marché.

En face, les FSR continuent de prendre leurs quartiers dans des hôpitaux ou des maisons de civils jetés sur les routes du pays, l'un des plus pauvres au monde et qui s'apprête à entrer dans la saison des pluies, synonyme chaque année d'épidémies de paludisme et autres maladies tropicales.
Mais cette année, les humanitaires qui avant la guerre venaient en aide à un tiers des 45 millions de Soudanais, pourraient ne pas être là.

Dix-huit d'entre eux ont été tués et aucun corridor sécurisé n'a été dégagé pour leur permettre d'apporter leur aide. Leurs cargaisons arrivées par les airs sont bloquées aux douanes. Et le personnel international se voit refuser les visas pour venir relever des employés locaux exténués ou terrés chez eux par peur des balles perdues.
Car ils sont également des cibles: "57 de leurs entrepôts et 55 de leurs bureaux ont été pillés et 115 de leurs véhicules volés", rapportent Washington et Ryad.

La situation est "catastrophique" à tous les niveaux, répète inlassablement l'ONU: trois quarts des hôpitaux ont cessé de fonctionner et le quart restant doit composer avec des réserves quasiment vides. Vingt-cinq millions de personnes ont besoin d'aide et la moitié des 350.000 réfugiés, pour beaucoup partis sans rien, se retrouvent dans des pays eux-mêmes en proie à des crises et des violences.

Les Nations Unies devaient discuter vendredi du sort de leur mission au Soudan, dont le mandat expire officiellement samedi. Le général Burhane a déjà réclamé le remplacement du chef de la mission, Volker Perthes, et la plupart de ses membres ont été évacués du pays au début de la guerre.


Lu 522 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Actualité | Dossiers du weekend | Spécial élections | Les cancres de la campagne | Libé + Eté | Spécial Eté | Rétrospective 2010 | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | USFP | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif | RETROSPECTIVE 2020 | RETROSPECTIVE ECO 2020 | RETROSPECTIVE USFP 2020 | RETROSPECTIVE SPORT 2020 | RETROSPECTIVE CULTURE 2020 | RETROSPECTIVE SOCIETE 2020 | RETROSPECTIVE MONDE 2020 | Videos USFP | Economie_Zoom | Economie_Automobile | TVLibe










L M M J V S D
          1 2
3 4 5 6 7 8 9
10 11 12 13 14 15 16
17 18 19 20 21 22 23
24 25 26 27 28 29 30





Flux RSS
p