Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

42 cas de Covid-19 parmi des employés de l'ONU et leurs proches en Syrie



Une quarantaine de cas de nouveau coronavirus ont été recensés parmi des employés de l'ONU et leurs proches en Syrie, a indiqué mardi à l'AFP un responsable des Nations unies, constatant une vaste propagation du virus dans le pays en guerre. Quelque 200 personnes --des employés d'agences onusiennes et leurs proches-- "présentaient des symptômes de la maladie Covid-19", a précisé à l'AFP Jens Laerke, un porte-parole du Bureau de coordination des affaires humanitaire des Nations unies (Ocha) basé à Genève. Selon lui, "42 membres du personnel de l'ONU et leurs proches ont été testés positif au Covid19". Mais il n'a pas été en mesure d'indiquer combien de personnes au total avaient été testées à ce stade et il n'a pas communiqué la nationalité des personnes concernées. En revanche, M. Laerke a souligné que plusieurs agences de l'ONU, dans toute la Syrie, étaient touchées. "Tous les membres du personnel de l'ONU affectés --à l'exception de trois ayant nécessité une évacuation médicale-- présentent des symptômes bénins", at-il ajouté, soulignant que la Syrie connaissait "en ce moment (...) une hausse significative" des cas de Covid-19. "Nous pensons que (...) les cas réels dépassent ceux qui sont officiellement enregistrés", a-t-il relevé. La Syrie a recensé 3.229 cas de contamination, dont 137 décès dans les zones contrôlées par le gouvernement, selon les chiffres du ministère de la Santé. Mais médecins et militants s'inquiètent depuis plusieurs semaines sur les réseaux sociaux d'une explosion du nombre de patients atteints par le virus. L'ONG Human Rights Watch a déploré début septembre des failles dans la protection des professionnels de santé engagés dans la lutte contre le nouveau coronavirus en Syrie, estimant que "les chiffres officiels" ne correspondaient pas "à la réalité sur le terrain". Le ministère de la Santé a reconnu récemment ne pas toujours avoir "la capacité de mener des dépistages à grande échelle dans les différentes provinces". Comme de nombreux secteurs en Syrie, celui de la santé a été fortement touché par la guerre qui a éclaté en 2011, des hôpitaux ayant été bombardés, des médecins blessés ou forcés de fuir les combats et des infrastructures sous-équipées.

Libé
Mardi 8 Septembre 2020

Lu 369 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.


Flux RSS