Libération




Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

34 morts dans un double attentat à Benghazi




Au moins 34 personnes ont été tuées et des dizaines blessées dans un double attentat à la voiture piégée devant une mosquée à Benghazi en Libye, selon un nouveau bilan de sources hospitalières fourni mercredi.
L'attentat s'est produit mardi soir dans le centre de cette deuxième ville du pays miné par l'insécurité et les rivalités politiques depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, chassé du pouvoir par une révolte et tué.
Un véhicule piégé a explosé au moment où les fidèles sortaient d'une mosquée dans le quartier d'al-Sleimani, selon une source des services de sécurité. Une deuxième voiture a explosé 30 minutes plus tard dans le même périmètre, faisant plus de victimes parmi les services de sécurité et les civils.
La porte-parole de l'hôpital al-Jala de Benghazi, Fadia al-Barghathi, a fait état de 25 morts et 51 blessés admis dans son établissement.
Neuf morts et 36 blessés ont été admis dans un autre hôpital, le Centre médical de Benghazi, selon son porte-parole, Khalil Guider.
Un précédent bilan faisait état de 22 morts.
Le bilan pourrait encore s'alourdir, plusieurs blessés étant dans un état grave et d'autres victimes auraient été admises dans des cliniques privées. La mosquée près de laquelle le double attentat s'est produit est connue pour être un fief de groupes salafistes qui ont combattu les jihadistes à Benghazi aux côtés des forces de l'homme fort de l'est libyen, le maréchal Khalifa Haftar qui ne reconnaît pas le gouvernement d'union basé dans la capitale Tripoli.
La ville de Benghazi, qui fut un fief de la révolution libyenne, était devenue un fief de groupes jihadistes, avant que les forces proHaftar ne la reprennent.
Ahmad al-Fitouri, un responsable des services de sécurité dépendant des forces du maréchal Haftar a été tué dans l'attentat, selon un porte-parole militaire à Benghazi, Miloud al-Zwei.
Après trois ans de combats, les forces du maréchal Khalifa Haftar, l'ANL, ont annoncé fin décembre avoir repris le dernier quartier de Benghazi encore tenu par des combattants islamistes.
L'officier, dont les succès militaires lui valent les faveurs des Occidentaux, conteste le gouvernement installé à Tripoli et reconnu par la communauté internationale et laisse entendre qu'il pourrait briguer la présidence libyenne lors des élections prévues cette année.
La Libye est plongée dans le chaos depuis la révolte populaire qui a mis fin au régime de Mouammar Kadhafi en 2011.
Benghazi, qui a été un bastion de la révolution libyenne, était devenue un fief de groupes jihadistes.
La ville a été particulièrement touchée depuis 2011 par des violences visant notamment les représentations diplomatiques et les forces de sécurité.
Deux autorités se disputent le pouvoir en Libye, d'un côté le GNA basé à Tripoli et, de l'autre, un parlement élu et un gouvernement parallèle qui exercent leur pouvoir dans l'est du pays avec le soutien du maréchal Haftar.

Jeudi 25 Janvier 2018

Lu 336 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.