Libération




Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

“12 heures’’, grand gagnant du Festival de fiction télévisuelle de Meknès

Le jury n’a pas attribué le prix du scénario cette année pour encourager les scénaristes à améliorer la qualité des textes




Le film ‘’12 heures’’ du réalisateur Morad El Khaoudi a remporté le Grand prix de la catégorie des téléfilms au 7ème Festival de fiction télévisuelle de Meknès, qui a pris fin mercredi soir. Le film “Hawa ya hawa” de Chawki El Oufir s’est adjugé, lui, deux prix, à savoir la meilleure interprétation féminine remporté par l’actrice Nadia Kounda et celui de la mise en scène. Quant au prix de la meilleure interprétation masculine, il est revenu à l’acteur Faysal Azizi pour son rôle dans le film ‘’W’’ de Said Azar.
Le jury, présidé par le réalisateur Abdelkrim Derkaoui et composé de l’actrice Naima Ilyas et du journaliste Ahmed Dafri, a décidé de ne pas attribuer le prix du scénario cette année, pour ‘’encourager les scénaristes à œuvrer à l’amélioration de la qualité des textes’’. Le jury a, par ailleurs, accordé une mention spéciale au film jordanien ‘’Tal sendiyan’’ de Hammad Azzoebi et aux acteurs marocains Abdeladim Echanaoui et Hasna Kantari.  S’agissant des feuilletons, le jury, présidé par l’actrice Fatima Khayr et composé du président de l’Union des producteurs arabes, Ibrahim Abou Dikri, et du réalisateur Mohamed Nissrat, a annoncé ‘’Rdat lwalida’’ de Zakia Tahiri meilleure série. Les prix du scénario et de la réalisation ont été attribués respectivement à ‘’Ain lhek’’ de Abdeslam El Kellaî et “Momo Aîniya” de Hicham Jebbari. La série ‘’Orchidia’’ de Hatim Ali (Emirats arabes unis) a remporté, par ailleurs, le prix du meilleur Feuilleton arabe au terme de cette édition du festival de fiction télévisuelle, initiée par l’Association ‘’Spectacle Libre’’.
Dans une déclaration à la MAP, le président de l’Association ‘’Spectacle Libre’’ Mahmoud Belhassen a souligné que le Festival de Meknès a réussi à se faire une place sur la scène nationale mais aussi arabe, se félicitant de la convention signée entre cette manifestation et le Festival de la Rochelle (France), en vertu de laquelle les œuvres primées lors des deux rendez-vous seront projetées à Meknès et à la Rochelle.
Le Festival est désormais l’occasion de mettre en avant l’évolution que connaît la production des œuvres marocaines et les efforts déployés par l’ensemble des créateurs (acteurs, producteurs, réalisateurs, etc.) dans ce cadre, a-t-il ajouté, formant le vœu de voir le Festival s’ouvrir davantage sur les productions arabes, tout en contribuant à l’amélioration de la qualité des œuvres marocaines sélectionnées.
A l’ouverture de ce Festival, un vibrant hommage a été rendu aux acteurs marocains Aicha Mahmah et Al Mahjoub Erraji, en reconnaissance à leur contribution à l'enrichissement de la scène culturelle et artistique marocaine.
Les films et feuilletons marocains étaient présents en force lors de cette manifestation, initiée en partenariat avec le ministère de la Culture, la Société nationale de radiodiffusion et de télévision (SNRT), la chaîne 2M, le conseil de la région Fès-Meknès, la commune de Meknès et la Fondation Abou Dhabi de l’information.

M.O.
Vendredi 16 Mars 2018

Lu 592 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 18 Septembre 2020 - 18:55 Le secteur du livre affaibli par la pandémie

Vendredi 18 Septembre 2020 - 16:57 Décès de Mohamed Talal