Libération


Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

10% des transferts des MRE orientés vers l’investissement





10% des transferts des MRE orientés vers l’investissement
Près de 10% des transferts des Marocains résidant à l’étranger (MRE),soit 68 milliards de dirhams (MMDH) en 2020, sont orientés annuellement vers l’investissement, principalement dans le foncier et l’immobilier, a indiqué, mardi à Casablanca, le ministre de l’Economie, des Finances et de la Réforme de l’administration, Mohamed Benchaâboun. Environ 15% de ces transferts sont captés par l’épargne, alors que l’essentiel de ces envois est orienté versla solidarité et le soutien aux familles, a précisé M. Benchaâboun lors d’une séance de travail organisée par la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM) à traverssa région MeM by CGEM, autour des opportunités d’investissement au Maroc, rapporte la MAP. A cet égard, le ministre a souligné l’importance de tirer profit du savoir-faire des Marocains du monde, une communauté qui a développé, a-t-il dit, “un réseau relationnel, commercial et technologique, sur lequel le Maroc peut capitaliser pour résoudre la problématique de la relance”. Par ailleurs, le ministre s’est réjoui de la hausse “soutenable” des transferts des MRE, en dépit des contraintes économiques entraînées par la crise sanitaire, ce qui reflète “la solidité des liens entre le Maroc et cette communauté”. Et de soutenir : “Globalement, ce que nous observons depuis plusieurs décennies, c’est que cestransferts évoluent d’une manière régulière et continue indépendamment des crises et des événements qui pourraient avoir lieu”. L’année 2020 a démarré avec une baisse des transferts des MRE qui était normale eu égard à l’impact de la crise pandémique, a-t-il rappelé, ajoutant qu’à l’issue du premier semestre, le trend haussier de ces envois a rapidement repris pour terminer l’année avec une hausse de 5%. Parlant de la dynamique d’investissements au Maroc, M. Benchaâboun a mis en avant l’évolution de l’environnement d’affaires et les efforts entrepris pour encourager l’acte d’investir, faisant observer qu’au fil des années, le Royaume ne cesse de gagner des places au niveau du classement Doing Business. Les réformes menées actuellement permettraient de se hisser à des rangs plus avancés, a-t-il affirmé, citant, à titre d’illustration, la loi sur le Crowdfunding ou encore la réforme des Centres régionaux d’investissement qui a permis de réduire le délai de traitement des dossiers d’investissement et d’augmenter leur volume. Placée sous le thème “Relance économique du Maroc : la mobilisation des compétences, des entrepreneurs et des investisseurs marocains du monde, levier de synergies”, cette séance, modérée par Karim Amor, président de MeM by CGEM, a connu la participation de Moulay Hafid Elalamy, ministre de l’Industrie, du Commerce et de l’Economie verte et numérique, de Mme Nezha El Ouafi, ministre déléguée auprès du ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l’étranger, chargée des MRE, et de Chakib Alj, président de la CGEM. Ouverte à tous les membres de la CGEM opérant au Maroc, aux entrepreneurs et investisseurs marocains du monde (MeM), ainsi qu’aux institutions internationales partenaires du développement du Royaume, cette séance de travail en ligne est l’occasion de présenter aux MeM les opportunités d’investissement au Maroc, dansl’industrie notamment, ainsi que les moyens à même de stimuler une relance économique post-Covid effective et durable.

Libé
Mercredi 17 Février 2021

Lu 312 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.