Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Report du Festival international du théâtre universitaire de Casablanca




Le comité d'organisation du Festival international du théâtre universitaire de Casablanca (FITUC) a décidé de reporter, à une date ultérieure, la 32ème édition qui était prévue en juillet, en raison des circonstances sanitaires exceptionnelles imposées par la pandémie du nouveau coronavirus.
Suite aux conditions prévalant actuellement dans le monde, sur tous les plans, ayant imposé le report de plusieurs manifestations et festivals, le FITUC adhère à cette dynamique, conformément aux mesures préventives prises par le Maroc pour lutter contre la prolifération du Covid-19, indique le comité d'organisation dans un communiqué.
Le doyen de la Faculté des lettres et des sciences humaines Ben Msik et président du festival, Abdelkader Kenkai, cité par le communiqué, a souligné que la décision du report est difficile et décevante, vu que le comité de coordination du festival a travaillé sérieusement tout au long de l'année pour l'organisation de cette édition.
Le festival a proposé, suite aux convictions des organisateurs, plusieurs idées et projets en conformité avec les orientations artistiques, culturelles et créatives du festival, notant que la situation épidémiologique dans le monde ne permet pas de concrétiser ce rêve, tout en privilégiant la sécurité des invités, des participants et des organisateurs.
Ainsi, ajoute le communiqué, les organisateurs annoncent que la prochaine édition poursuivra son action et créera une nouvelle dynamique visant à mettre en place des stratégies et mécanismes organisationnels renouvelés prenant en compte les développements survenus dans le monde, en vue de réaliser les objectifs du festival, un des grands et anciens au monde qui accueille chaque année une élite de jeunes artistes des quatre coins du monde représentant des universités internationales et des écoles supérieures.
Cette manifestation reflète l'ouverture du Maroc, de l'Université Hassan II de Casablanca et de la Faculté des lettres et des sciences humaines Ben Msik sur la jeunesse du monde, à travers une diplomatie culturelle parallèle et une interférence culturelle, ce qui a eu des répercussions positives sur les oeuvres créatives, souligne la même source.

Vendredi 24 Juillet 2020

Lu 817 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif