Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Permettre une intégration réussie des jeunes dans la vie professionnelle

Présentation du groupe pilote du programme "Digital Jobs for Moroccan Youth"




​Permettre une intégration réussie  des jeunes dans la vie professionnelle
Améliorer les opportunités d'emploi offertes aux jeunes en quête d'emploi dans les pays du Moyen-Orient et d'Afrique du Nord. Tel est l’objectif des programmes dispensés par la Fondation marocaine de l’éducation pour l’emploi (EFE Maroc), une organisation membre du réseau EFE Foundation.
La cérémonie de graduation de la première promotion-pilote d’un de ses programmes, lancé il y a un an, « Digital Jobs for Moroccan Youth », a justement eu lieu lundi 4. En présence notamment des présidents d’EFE Maroc et Global, Omar Chaabi et Jamie Mcauliffe, des représentants d’institutions et entreprises partenaires, des encadrants et de nombreux étudiants. Fruit d’un partenariat entre les Fondations EFE Maroc et Rockefeller, le programme « Digital Jobs for Moroccan Youth » vise à former à court terme 770 jeunes Marocains dans les métiers du digital et multiplier ce nombre par cinq à l’horizon 2020. L’objectif  étant d’améliorer l’employabilité de ces derniers et faciliter leur insertion professionnelle.
Intervenant à cette occasion, le président d’EFE Maroc a précisé le concept porté par la Fondation, indiquant qu«’on essaie de donner des formations courtes et rapides aux jeunes », afin d’améliorer leurs chances de trouver un emploi et de s’intégrer facilement dans le milieu professionnel. Pour sa part, Jamie Mcauliffe, président d’EFE Global, a déclaré : « Je suis très fier d’être ici parce que pour moi, mon activité favorite est de rencontrer les nouveaux lauréats, les féliciter pour avoir terminé et réussi leur formation avec succès et de savoir qu’ils vont maintenant avoir la possibilité de se lancer avec assurance sur le marché du travail et monter des projets ». 
A propos du programme proprement dit, ce dernier a indiqué que « c’est une approche très pratique pour faire un pont entre l’éducation et l’emploi, donner une chance aux jeunes de créer un futur  meilleur », avant d’annoncer la création prochaine d’une nouvelle filiale d’EFE en Arabie Saoudite.
Selon la Fondation, le choix de former les jeunes Marocains dans le digital n’est pas fortuit, mais relève de l’importance de ce secteur dans nos économies actuelles et futures.
En effet, a-t-on expliqué, en s’orientant vers des secteurs à forte demande tels que les IT/BPO, « EFE Maroc et la Fondation Rockefeller font preuve d’une approche ingénieuse  à fort impact direct aussi bien pour l’économie marocaine engagée dans la voie de l’émergence que pour les jeunes tous passionnés par les TIC et désireux de réussir ».
Notons aussi que deux nouvelles conventions de partenariat ont été signées en marge de cette cérémonie avec respectivement Kaymu.ma et Shorein.com, un mois après celle conclue avec Total Call.
« Ces conventions ont pour objectif le recrutement, la formation et l’encadrement des jeunes. Elles permettent à EFE Maroc de faire valoir son expertise pour garantir à ces deux nouveaux partenaires des recrutements de qualité avec un taux de rétention élevé et très apprécié », ont souligné les responsables de la Fondation.
« Tout acte posé visant à renforcer l’œuvre quotidienne de la Fondation EFE Maroc est à l’avantage des jeunes », a souligné Ghislane Riachi, directrice du développement des affaires chez EFE Maroc.
Pour rappel, la Fondation marocaine de l’éducation pour l’emploi propose différents programmes de formation aux standards internationaux, répondant aux exigences des entreprises marocaines afin de permettre aux jeunes une intégration rapide et réussie dans la vie professionnelle. A ce jour, 14.250 personnes ont bénéficié de ses programmes dont plus de la moitié de femmes.
Présente à Casablanca, Rabat, El Jadida, Tanger-Tétouan, Asilah, Doukkala-Abda, elle devait très prochaine investir la ville de Safi dans le cadre d’un partenariat qu’elle devait avoir prochainement avec l’OCP.  Une étude du marché étalée sur deux mois serait en vue, selon les responsables de la Fondation .

Alain Bouithy
Mercredi 6 Mai 2015

Lu 649 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito











Mots Croisés