Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Les dirigeants boivent, les séquestrés trinquent




​Les dirigeants boivent, les séquestrés trinquent
Des dirigeants supposés, imposés qui boivent et des milliers de séquestrés qui trinquent.
Entre ce qui s’est passé à Bruxelles et ce que vivent ces femmes, enfants, des jeunes et des moins jeunes dans ces camps de la honte érigés par le Polisario sous la houlette et à la solde d’Alger, il y a tout un monde.
Le monde tout autour bouge, change, évolue, se transforme, mais ces pontes-pantins se trouvent être trop allergiques à tout changement si minime soit-il, de peur de voir leurs intérêts sonnants et trébuchants ou ceux de la junte commanditaire en pâtir.
Il a été donné au monde entier de constater la cupidité … et l’ignominie de ce réseau mafieux qui détourne sans scrupules des milliers de tonnes d’aides destinées à ces réfugiés malgré eux et dont le nombre est gonflé à dessein.
La situation des habitants desdits camps ne cesse d’empirer. Ils subissent malnutrition, famine et soif. Les températures estivales étant là, ils doivent s’attendre au pire.
Bien évidemment, l’Algérie tutrice ne peut se permettre le luxe d’apaiser leur soif, bien de régions dans ce pays manquent atrocement d’eau. Les solutions de fortune avec ces citernes mal entretenues et toutes ces eaux non traitées affectent gravement l’état de santé des séquestrés.
Pendant ce temps et pas plus tard que mercredi dernier, la direction du Polisario a choisi Bruxelles pour célébrer la 42ème anniversaire du Polisario en y mettant les gros moyens. Un cocktail copieux et surtout arrosé avec une rare prodigalité. Si les autres meurent de soif dans les camps, les invités des séparatistes à Bruxelles ont eu tout loisir de se soûler la gueule.
Champagnes, bières, wisky et autres onéreuses liqueurs étaient mis à leur disposition. C’est ce qu’on appelle noyer sa «cause». Leur fonds de commerce en fait.
Si cause il y avait, ils auraient tout fait dans le sens d’une solution.
La solution est pourtant là : le plan d’autonomie proposé par le Maroc.

Samedi 23 Mai 2015

Lu 875 fois


1.Posté par kader le 23/05/2015 10:34 (depuis mobile)
Comme dirait l autre ,a la tienne et pour le reste on s en fou.....voici l image des dirigeants alcoolique de la pseudo Pastisrario...

2.Posté par karim le 24/05/2015 07:02
Un Marocain risque sa vie pour sauver un touriste tombé à l’eau en Italie
23 mai 2015 - 23h18 - Marocains du monde
Un Marocain risque sa vie pour sauver un touriste tombé à l'eau en ItalieTweeter

Taoufik Chtouki, un Marocain de 28 ans n’a pas hésité un seul instant à se jeter dans le fleuve Arno, à Florence, en Italie
, pour sauver un touriste français qui allait se noyer après avoir chuté d’un pont.
Le touriste, 25 ans, prenait des photos depuis un pont dans le centre historique de Florence, quand il a eu un malaise, perd son équilibre et tombe dans le fleuve. Le jeune marocain se débarrasse rapidement de ses vêtements et se jette à l’eau pour tenter de sauver l’homme en détresse.
Taoufik Chtouki nage rapidement vers le ressortissant français, l’agrippe et le conduit vers le côté du pont, en attendant l’arrivée des secours qui ne tardent pas à venir et ramènent les deux hommes à terre.« Vous êtes un héros »
"Vous êtes un héros, vous êtes un héros, c’est un geste héroïque...", criaient des touristes et des témoins de la scène. La police lui dit : "vous avez risqué votre vie", et au jeune marocain de répondre spontanément : "nous sommes tous égaux sur cette terre, dit-il en souriant. Je ne pouvais pas le laisser mourir", rapporte La Repubblica.
Sur sa page Facebook
, le maire de Florence Dario Nardella a écrit : "(...)je remercie Toufik pour son courage (...). Toufik a entrepris un geste humain d’une grande valeur. Un geste qui aurait pu lui coûter la vie. Merci Toufik"
A Florence, l’on raconte déjà que le jeune clandestin marocain sera régularisé
 pour son héroïsme, dont toute l’Italie parle cette semaine. Plusieurs observateurs estiment que l’acte héroïque de Toufik Chtouki est la plus belle des réponses aux courants extrémistes de droite en Italie hostiles à tous les étrangers.
En 2012, un marocain sans papiers avait sauvé une famille
italienne d’une mort certaine après la chute de leur voiture dans le fleuve Fucino, extrêmement froid en hiver, dans la région d’Abruzzo en Italie, avant de prendre la fuite.
Le Marocain, un certain Adoiou Abderrahim, 48 ans, avait été reconnu par la suite et obtint un permis de séjour en Italie pour son héroïsme.

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | TV en direct | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito









Mots Croisés