Facebook
Rss
Twitter







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le rôle des parlementaires dans le renforcement des investissements mis sous la loupe par une conférence virtuelle à Rabat



 Le thème du rôle des parlementaires dans le renforcement des investissements responsables dans l'agriculture et la transition vers des systèmes alimentaires plus durables en Afrique a été au centre d’une conférence virtuelle tenue mardi à l’initiative de l’Organisation des Nations unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO), l'Institut international pour le développement durable (IISD), le Parlement panafricain, l'Assemblée législative de l'Afrique de l'Est (EALA) et le Parlement de la Communauté économique des Etats de l'Afrique de l'Ouest (CEDEAO). Intervenant à cette occasion, le viceprésident de la Chambre des conseillers chargé des affaires africaines Abdelhamid Souiri, a relevé que cette rencontre aspire à développer le niveau de vigilance, de suivi, de mobilisation et de proposition de solutions et d'initiatives concrètes pour faire face aux défis auxquels le continent africain est confronté, en particulier les questions de sécurité alimentaire et de développement durable, mettant en avant la nécessité de mobiliser les parlementaires pour promouvoir et encourager les investissements responsables dans l’agriculture en Afrique. Il a également évoqué le contexte régional et international difficile marqué par la propagation de la Covid-19, et son impact sur les plans économique, social et humanitaire, notant que selon les études et rapports publiés par les organisations internationales compétentes, le monde devrait connaître la pire dépression économique du siècle. Les indicateurs et défis actuels imposent, aujourd’hui plus que jamais, une intensification des efforts à même de mettre en place un cadre africain comme mécanisme de coopération, de solidarité et de synergie entre tous les pays du continent, a affirmé Abdelhamid Souiri, mettant en exergue la nécessité de promouvoir une action conjointe entre les gouvernements, les Parlements, le secteur privé et les organisations internationales, dans la perspective d'une transition vers des systèmes alimentaires plus durables en Afrique et une sécurité alimentaire dans le continent. Selon lui, Maroc considère que l’action conjointe demeure la meilleure voie à même de relever les défis et de réaliser les objectifs escomptés, mettant en avant la politique de Sa Majesté le Roi Mohammed VI et son ferme engagement en matière de solidarité avec les pays africains frères, concrétisée par l’aide fournie par le Maroc à l’Afrique dans la lutte contre la Covid-19. En outre, il n’a pas manqué de rappeler, entre autres, la création du réseau parlementaire sur la sécurité alimentaire et d'un autre consacré aux affaires en Afrique et dans le monde arabe, à l'issue des travaux du forum parlementaire économique, organisé en avril 2018 sous le thème "Pour la construction d'un modèle complémentaire de coopération régionale" à la Chambre des conseillers, en coordination avec l'Association des sénats, choura et des conseils équivalents d'Afrique et du monde arabe.

Libé
Mercredi 16 Décembre 2020

Lu 169 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.



Flux RSS