Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le rôle des médias dans le succès des programmes de santé sexuelle et reproductive




​Le rôle des médias dans le succès des  programmes de santé sexuelle et reproductive
Les médias contribuent de manière importante à favoriser les conditions propices au succès des programmes relatifs à la santé sexuelle et reproductive, jouant, ainsi, un rôle déterminant dans ce domaine, ont affirmé, jeudi, les participants à une journée d'étude intitulée "La santé sexuelle et la santé reproductive et la mission des médias".
L'action du Fonds des Nations unies pour la population (FNUAP) conjuguée à celle des médias a révélé que ces supports de diffusion de l'information ainsi que les journalistes contribuent amplement à la réussite des programmes dédiés à la santé sexuelle et reproductive ainsi qu'au renforcement des initiatives de développement à travers la publication de données, l'analyse, les critiques, les débats publics et la communication, a affirmé la représentante du FNUAP au Maroc, Mme Mieko Yabuta. C’était lors de cette rencontre organisée par l'Association marocaine de planification familiale en partenariat avec le ministère de la Santé, en coopération avec l'Institut supérieur de l'information et de la communication (ISIC) et le soutien du FNUAP et la société civile, indique la MAP.
Les médias remplissent une fonction stratégique sur ce plan et deviennent un acteur incontournable lorsqu'il s'agit d'accompagner et d'appuyer les programmes de développement destinés à aider les personnes nécessiteuses et à promouvoir leur situation, a poursuivi la responsable onusienne.
Pour sa part, le vice-président de l'Association marocaine de planification familiale, Tahar Alaoui a mis l'accent sur l'importance que revêt l'accès des citoyens aux informations relatives à la santé sexuelle et reproductive.
De l'avis de cet acteur associatif, il est impossible de concrétiser les Objectifs du millénaire pour le développement, d'assurer le succès des initiatives et projets de développement, de promouvoir la santé de la mère et de l'enfant et de réduire le taux de mortalité de cette catégorie sociale, sans que les données relatives à la santé ne soient transmises par les médias aux populations afin de les sensibiliser à tous les risques sanitaires.
Le directeur de l'Institut supérieur de l'information et de la communication, Abdelmajid Fadel a, de son côté, préconisé d'encourager les journalistes et les médias, tous supports confondus, à aborder les sujets liés à la santé et aux droits sexuels et reproductifs, à accompagner les recommandations de la Conférence internationale sur la population et le développement après 2015 et à soutenir les objectifs du développement durable. 

Samedi 30 Mai 2015

Lu 153 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés