Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Le plan solaire du Maroc salué à Skhirat

Les appels d’offres concernant la réalisation de Noor 2 et 3 seront prochainement lancés




​Le plan solaire du Maroc salué à Skhirat
Le plan solaire marocain Noor se déroule conformément au planning prévu. Les travaux sur la première centrale solaire Noor I sont bien avancés à Ouarzazate et pourra être opérationnelle d’ici neuf mois. Mieux, les appels d’offres concernant la réalisation de Noor 2 et 3 seront  prochainement lancés, a annoncé Mustapha Bakkoury, président du directoire de la Masen, hier lors de la séance d’ouverture du Forum technologie climat tenu à Skhirate.
La construction de Noor Ouarzazate 2 et 3  débutera en 2015. Les deux stations porteront la puissance du complexe Noor à 500 MW. Cette première centrale  s’inscrit dans le cadre du plan national des énergies renouvelables qui s’est fixé l’objectif de fournir 42% du courant électrique  à partir de sources renouvelables  (dont 2GW de sources solaires) en 2020. 
Pour Ingrid Christina Barth, de l’ambassade d’Allemagne, le succès des centrales Noor sera crucial et produira des effets bien au-delà de l’amélioration de l’approvisionnement en énergie électrique au Maroc.
Dans ce sens, elle a indiqué que le gouvernement fédéral allemand mise sur le Maroc en tant que partenaire stratégique en matière d’environnement et de protection du climat et plus particulièrement pour la promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique en révélant que son pays a mobilisé un financement de plus d’1 milliard d’euros pour les différentes centrales solaires de Noor 1 à 4 en passant par Noor Midelt jusqu’à Noor Atlas. 
La représentante de l’ambassade d’Allemagne a indiqué, par ailleurs, que l’expérience marocaine de promotion des énergies renouvelables et de l’efficacité énergétique est, à l’heure actuelle, unique au monde. «Ce constat inclut le fait que le plan solaire marocain vise à promouvoir le développement du tissu économique marocain, au-delà de la simple mobilisation d’investissements. Il s’agit de saisir l’opportunité et d’habiller en vert l’économie marocaine en profitant de la dynamique déclenchée par les grands  chantiers engagés par le Maroc », a-t-elle souligné. 
De son côté, Meryem Bensalah Chaqroun, présidente de la CGEM, a tenu à préciser que le secteur des énergies renouvelables demeure prometteur comme en attestent les opportunités d’emploi et d’investissement fournies. En effet, 20% d’énergie consommée dans le monde provient des sources renouvelables et près de 6% de postes d’emploi ont été créés grâce à ce secteur. Pourtant, elle estime que l’Etat est appelé à mettre en place un cadre fiscal stimulant pour les investiteurs et de renforcer un partenariat privé-public solide et durable. 

Hassan Bentaleb
Jeudi 18 Décembre 2014

Lu 664 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés