Facebook
Rss
Twitter









Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La généralisation de la protection sociale, un levier d’intégration de l’informel





Le projet de généralisation de la protection sociale, lancé mercredi dernier par SM le Roi Mohammed VI, constitue un levier d’intégration du secteur informel dans le tissu économique national, a souligné l’économiste, Driss Effina. Ce projet, qui permettra de garantir la protection de la classe ouvrière et de ses droits, représente aussi un tournant décisif sur la voie de la réalisation du développement durable et équilibré, a fait valoir M. Effina dans une déclaration à la MAP. C’est un chantier stratégique d’envergure, attendu depuis des années et qui constitue “un pas vers la réduction des écarts entre les différentes catégories sociales marocaines”, en plus d’être au centre des préoccupations du Souverain depuis son accession au Trône, a relevé M. Effina. Et de poursuivre: “Dans le cadre des aides qui ont été distribuées aux familles pour permettre d’atténuer les effets de la crise sanitaire liée à la Covid-19, il a été constaté qu’un total de près de 5 millions de ménagessont issus du secteur de l’informel et vivent dans des conditions de vulnérabilité très avancées. Dans ce sens, cette orientation Royale vient pour permettre à certaines catégories d’accéder aussi aux mêmes prestations sociales auxquelles bénéficient d’autres catégories”. M. Effina a, en outre, indiqué que ce chantier, qui bénéficiera dans un premier temps aux agriculteurs, artisans et professionnels de l’artisanat, aux commerçants, professionnels et prestataires indépendants soumis au régime de contribution professionnelle unique, au régime de l’auto-entrepreneur ou au régime de la comptabilité, vise plusieurs objectifs stratégiques. En effet, les 22 millions de bénéficiaires supplémentaires vont, grâce à cette couverture sociale,se protéger contre les différents risques (maladie, perte d’emploi, vieillissement, etc), at-il expliqué, notant que ces risques pèsent lourdement sur les familles concernées. L’économiste a également mis l’accent sur la nécessité d’intensifier les programmes de formation et la consolidation des compétences médicales des professionnels de la santé afin qu’ils puissent répondre à la demande, laquelle augmentera à un rythme rapide avec la mise en œuvre de ce grand chantier sociétal. Il s’agit aussi de renforcer les infrastructures médicales en s’ouvrant sur le secteur privé et les capacités médicales nationales et de lutter contre le déficit en matière de cadres sanitaires, nécessaires au succès de cette réforme et ce, à travers l’ouverture de la pratique de la médecine aux compétences étrangères, l’encouragement des établissements internationaux de santé à travailler et à investir au Maroc, et la capitalisation sur des expériences réussies.

Libé
Mardi 20 Avril 2021

Lu 281 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.