Libération







Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​La "Cape Epic", sommet mondial des fous du VTT




​La "Cape Epic", sommet mondial des fous du VTT
Quand un ancien capitaine des Springboks vous assure qu'une course de VTT est plus dure qu'un match contre les All Blacks, tout est dit: la "Cape Epic", une épreuve de sept jours autour du Cap en Afrique du Sud, n'est pas surnommée pour rien "le Tour de France du VTT".
"C'est beaucoup plus épuisant", témoigne John Smit, qui a conduit l'Afrique du Sud au titre de champion du monde de rugby en 2007. "Un match international, c'est 80 minutes de souffrance physique. Ici, c'est huit jours. C'est la même douleur, mais en plus long...", souffle ce nouveau converti au VTT, éreinté lundi au soir de la première étape, longue de 113 kilomètres.
La Cape Epic, disputée du 15 au 22 mars par équipes de deux coureurs, compte sept étapes précédées d'un prologue. Le parcours joue avec les redoutables reliefs des massifs montagneux de la province du Cap Occidental. 
Toute la semaine, les coureurs vont sillonner les impeccables régions viticoles ou les landes africaines les plus sauvages, pour un total de 739 km et plus de 16.000 mètres de dénivelé positif, sur des pistes de 4x4 ou de rocailleux étroits sentiers pour VTT. 
La course est ouverte aux professionnels et aux amateurs. Cette année, près de 600 équipes masculines et féminines ont payé les quelque 4.500 euros d'inscription, pour être au départ de la 12e édition de cette course, mythique dans le monde du VTT.
Quelques champions du monde ou champions olympiques postulent pour la victoire. L'équipe Christoph Sauser (Suisse) et Jaroslav Kulhavy (République tchèque) sont de nouveau les favoris. Mais derrière eux, suant sang et eau, le peloton des amateurs ne vient que pour le plaisir du défi extrême.
Russell Lund, publicitaire de 42 ans, fait la paire avec son entraîneur de tennis Piet Calitz, 40 ans. Autour du plat de pâtes au soir de la première étape, il n'en finit plus de raconter les infernales montées de la journée, et les non moins épiques descentes. 
Son tibia en sang témoigne d'une chute brutale. Piet, lui, a "seulement" perdu du temps sur crevaison. Mais l'un et l'autre trouvent la force de sourire quand on leur demande pourquoi ils sont là:
"Très bonne question..." dit Lund. "Je crois qu'il faut venir ici pour réaliser que c'est vraiment une semaine hors de votre vie normale. Pendant une semaine, on se sent presque comme des pros".
"Et puis, y a un truc en VTT: si la piste est belle et bien tracée, même après 120 km vous verrez les deux gars en train de sourire... Vous ne voyez jamais ça sur un marathon", commente le publicitaire, rapporte l’AFP.
Et la petite fortune dépensée pour s'inscrire?
"Oui, je sais, c'est une folie totale", rigole Lund, "on devrait être payés pour faire ça... Mais c'est un défi énorme, et c'était sur ma liste des choses à faire avant de mourir!"
L'argent récolté permet d'ailleurs aux organisateurs d'assurer une logistique haut de gamme. Chaque soir, un village de 2.000 tentes est dressé, et des milliers de repas sont servis aux coureurs, dans une ambiance qui pourrait rappeler à quelques anciens le Dakar des premiers temps.
Le total des dotations dépasse les 120.000 euros, ce qui en fait le plus élevé au monde pour une course de VTT.
La première étape parcourait les célèbres domaines viticoles de la Elgin Valley, à 70 km dans l'arrière pays du Cap, et le vin du cru attendait les suiveurs dans les tentes de l'accueil à l'arrivée. 
Mais les barmans étaient nettement moins sollicités que les masseurs et les mécanos, mobilisés en masse pour réparer les corps et les machines après une douloureuse journée de montagne.

Jeudi 26 Mars 2015

Lu 251 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif