Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​L'avifaune nationale compte 480 espèces entre oiseaux résidents et migrateurs

7 espèces nicheuses régulières ont disparu ou ne se sont reproduites qu'occasionnellement au Maroc




​L'avifaune nationale compte 480 espèces entre oiseaux résidents et migrateurs
L'avifaune nationale compte 480 espèces entre oiseaux résidents et migrateurs, favorisée en cela par la situation géographique du Maroc et la diversité de ses habitats, selon le Haut-commissariat aux eaux et forêts et à la lutte contre la désertification (HCEFLCD).
L'avifaune du Maroc est dominée par le groupe des petits oiseaux, notamment les passereaux, groupe représentant 40% du nombre total d'espèces, relève-t-on sur la 2ème édition du "Maroc Forestier, les oiseaux richesse universelle", édité par le HCEFLCD. 
Ils sont en majorité terrestres et liés à la végétation des forêts, des parcs, des champs et des bordures de plans d'eau et d'oueds, relève la publication, ajoutant que les limicoles, oiseaux dépendant de la présence d'eau (douce, saumâtre ou marine), constituent le deuxième groupe le plus important avec 20% de la richesse spécifique avienne.
La présence de nombreuses zones humides le long des deux côtes maritimes, atlantique et méditerranéenne, fournit des aires de repos et d'alimentation pour les migrateurs et les hivernants, notamment les canards et les limicoles, souligne le HCEFLCD.
Les maquis du nord du Maroc et les oasis du Maroc saharien constituent à leur tour d'importantes aires d'alimentation pour de nombreux migrants, principalement les passereaux, ajoute la même source. 
Au cours du 20e siècle, 7 espèces nicheuses régulières ont disparu ou ne se sont reproduites qu'occasionnellement au Maroc. Il s'agit de l'Autruche à cou rouge, des Vautours moines et oricous, de l'Aigle impérial ibérique, de la Pintade sauvage, de la Grue demoiselle et de l'Outarde arabe, rapporte la MAP. Le document relève toutefois que d'autres espèces sont en voie d'extinction comme le Turnix d'Andalousie, le Francolin à double éperon, l'Ibis chauve, le Gypaète barbu et la Sarcelle marbrée. 
Simultanément, d'autres espèces ont étendu leurs aires de reproduction ou sont nouvellement apparues. Il s'agit des Tourterelles turque et maillée, du Choucas des tours, de la Nette rousse, du Faucon crécerellette, de l'Ibis falcinelle, de l'Erismature à tête blanche, du Martinet pâle, du Bruant striolé et de l'Elanion blanc. 
Le Maroc représente un intérêt capital pour certaines espèces à distribution géographique mondiale extrêmement réduite. Il s'agit d'espèces endémiques nord-africaines, telles que la Rubiette de Moussier, la Perdrix gambra, le Pic de Levaillant et la Fauvette de l'Atlas, et d'espèces de répartition ibéro-maghrébine comme le Sirli de Dupont et l'Engoulevent à collier roux.

Jeudi 2 Avril 2015

Lu 601 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés