Libération

Facebook
Rss
Twitter






Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Distribution de masques de protection à Laâyoune





Les autorités locales de Laâyoune ont procédé, samedi, à la remise d'un lot de masques de protection aux représentants de la société civile pour leur distribution gratuite à la population, afin de limiter la propagation du nouveau coronavirus (Covid-19).
Lancée par le wali de la région de Laâyoune-Sakia El Hamra, gouverneur de la province de Laâyoune, Abdeslem Bekrate, cette initiative a été l'occasion de rappeler aux citoyens le devoir de respecter les règles de précaution et les mesures de sécurité et d’hygiène, notamment le port des masques de protection, le respect de la distance de sécurité et de la distanciation sociale.
Dans ce cadre, les autorités locales ont intensifié les campagnes de sensibilisation au profit des citoyens, tout en leur rappelant l’importance du respect des mesures préventives mises en place par les autorités compétentes afin de lutter contre cette pandémie.
De même, elles ont appelé la population à adhérer de manière responsable aux mesures préventives, en vue d’accompagner les efforts déployés par les pouvoirs publics et les services de santé pour limiter la transmission de ce virus.
Dans une déclaration à la presse, l’actrice associative Soukaina Dida a indiqué que la société civile de la ville de Laâyoune s’est impliquée avec responsabilité dans les opérations de sensibilisation depuis le début du confinement jusqu’à aujourd’hui.
Elle a également salué la forte implication de tous les acteurs à ces campagnes, dont les autorités locales, la société civile et les représentants des communautés africaines, notant que la situation épidémiologique actuelle nécessite la conjugaison des efforts pour inciter les citoyens à respecter les mesures préventives, en vue de surmonter cette crise qui requiert une mobilisation collective et solidaire.
Quant à Abdeslam Elamli, acteur associatif, il a fait savoir que l'intensification des opérations de sensibilisation sur le danger de propagation du coronavirus est devenue une nécessité urgente en raison de la situation épidémiologique dans le Royaume, déplorant "les attitudes irrationnelles et irresponsables de certains individus qui minimisent la gravité du virus et ne respectent pas les gestes barrières".
De même, il s’est félicité de la teneur du discours de SM le Roi Mohammed VI à l'occasion du 67ème anniversaire de la Révolution du Roi et du peuple, appelant les habitants de la ville à poursuivre la mobilisation et la sensibilisation, tout en les exhortant à s'engager davantage dans la lutte contre ce virus.
Dans l’optique de maîtriser l'évolution de la propagation du virus, des espaces ont été aménagés pour le dépistage à l’entrée de la ville de Laâyoune et au port au profit des marins pêcheurs et des ouvriers des unités industrielles, en vue d’identifier les cas positifs, d’éviter une large propagation du virus et de faciliter le suivi des cas contacts.

Interpellation à Fès de 696 personnes recherchées

Les opérations de sécurité menées, du 18 au 23 août 2020 au niveau de la wilaya de Fès, se sont soldées par l'interpellation de 696 personnes faisant l'objet d'avis de recherche nationaux et locaux pour leur implication présumée dans différents délits et infractions, a indiqué dimanche un communiqué de la Direction générale de la sûreté nationale (DGSN).
Ces opérations de sécurité intensives, auxquelles ont pris part des éléments de la préfecture de police de Fès, épaulés par la Brigade nationale de la police judiciaire et par des éléments de renfort relevant des services centraux de la sûreté nationale, a permis l'interpellation de 1.312 personnes en flagrant délit de commission d'actes criminels, précise la DGSN. 
Elle note que les recherches et perquisitions effectuées dans le cadre de ces opérations visant à lutter contre le crime et à renforcer le sentiment de sécurité, ont également abouti à la saisie de 76 couteaux de différentes tailles -détenus sans motifs valables ou à des fins criminelles présumées- et de 20,50 kg de résine de cannabis.  
Les mesures de sécurité routière ont, quant à elles, permis l'enregistrement de 3.573 infractions au Code de la route et la mise en fourrière de 414 véhicules, ajoute la même source. 
Pour ce qui est des mesures prises pour sanctionner les infractions relatives à l'état d'urgence sanitaire et lutter contre la propagation du nouveau coronavirus, poursuit le communiqué, les services de la police de la ville de Fès ont enregistré 1.904 infractions et procédé à l'application des dispositions des lois en vigueur.
Les services de la sûreté nationale continueront à renforcer leurs opérations de lutte contre le crime, à consolider les mesures de la sécurité routière et à sanctionner les infractions relatives à l'état d'urgence sanitaire, de manière à raffermir le sentiment de sécurité et garantir la sécurité sanitaire des citoyens, conclut le communiqué.

Pas de nouvelle date pour l'examen régional du baccalauréat

La nouvelle date de l’examen régional de la première année du baccalauréat sera annoncée quand les conditions de son organisation seront réunies, a indiqué dimanche le ministre de l’Education nationale, de la Formation professionnelle, de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique, Saaid Amzazi.
Le ministre qui était l’invité du journal du soir de la chaîne TV Al Oula a souligné que les élèves devront suivre leurs études de manière normale. "Mais une fois les conditions d’organisation de cet examen seront réunies, la date sera annoncée, sachant que les résultats obtenus seront pris en compte en fin d’année dans le résultat final du baccalauréat", a-t-il précisé.
Il a relevé que la décision du report de l’examen régional trouve son fondement dans le contexte de la situation épidémiologique inquiétante, faisant savoir que la note relative à cet examen sera comptabilisée à 25% dans le résultat final de la 2ème année du baccalauréat.
Le résultat de cet examen, souligne M. Amzazi, "n’est pas pris en considération dans le passage de la 1ère année à la 2ème année du baccalauréat, et ce à l’instar de ce qui est en vigueur depuis des années.
Dans le même ordre d’idées, il a rappelé que les conseils de classes de la 1ère année du bac se sont réunis en fin de l’année scolaire passée et ont pris la décision de la réussite ou l’échec des élèves concernés. De ce fait, la décision de leur passage à la deuxième année du bac a été prise compte tenu des notes obtenues lors du contrôle continu au titre de l’enseignement présentiel, avant la suspension des cours le 16 mars dernier dans le contexte de la lutte contre le coronavirus, a-t-il dit.
Le ministère de l'Education nationale avait annoncé, samedi, le report à une date ultérieure de l'examen régional unifié de la première année du baccalauréat, prévu initialement les 4 et 5 septembre 2020.

Mardi 25 Août 2020

Lu 1047 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.