Augmenter la taille du texte
Diminuer la taille du texte
Partager

​Diabète de type 1, une maladie auto-immune aux risques élevés




​Diabète de type 1, une maladie auto-immune aux risques élevés
L’Association marocaine des maladies auto-immunes et systémiques (AMMAIS), présidée par le Dr Khadija Moussayer, spécialiste en médecine interne et en gériatrie, s’associe à la Journée mondiale du diabète, le 14 novembre, pour sensibiliser sur sa forme moins connue, le diabète de type 1 dont l’incidence ne cesse d’augmenter partout dans le monde. C’est une maladie auto-immune due à la destruction des cellules du pancréas  productrices d’insuline, à la suite d’erreurs commises par notre système immunitaire. Ce type de diabète représente 10 % des cas de diabètes et apparait quand plus de 80% des cellules sont détruites.
Il existe une prédisposition génétique à cette  maladie qui touche  plus de 30 millions de personnes dans le monde.  Ainsi,  si le risque de la développer  n’est que de 0.4% dans la population générale, il augmente à 5% si un parent est atteint d’un diabète de type I et à 30% si les deux en sont touchés.
Des modifications de l’environnement  sont incriminées dans cette épidémie : accroissement de l’âge maternel, accouchement par césarienne, exposition à des toxines, alimentation de plus en plus chimique.  En effet, plus de 100 000 produits chimiques polluent notre environnement,  certains  sont des « perturbateurs endocriniens ». 
Selon  une étude observationnelle suédoise menée par le Dr Marcus Lind et  publiée le 20 novembre 2014 dans le New England Journal of Medicine (NEJM), les diabétiques de type 1 pourtant les mieux équilibrés présentent un taux de mortalité deux fois plus élevé que celui de la population générale et le risque s’aggrave avec le déséquilibre glycémique. Cette étude  a comparé 33 915 diabétiques de type 1 à 169 249 personnes de la population générale pendant  huit ans en moyenne. Le taux de mortalité était de 8% dans la population diabétique de type 1 contre  2,9% dans la population générale, soit un risque 3,5 fois plus élevé en cas de diabète. Cet excès de risque de décès  est lié au diabète lui-même  (coma acidocétosique, hypoglycémie, complications rénales et autres), ou d’origine cardiovasculaire  particulièrement  chez les femmes. La mortalité  d’origine cardiovasculaire était  4,6 fois plus élevée en cas de diabète.
Selon les auteurs, ce risque reste inexpliqué, car contrairement aux diabétiques type 2, on ne retrouve pas  les facteurs de risque cardiovasculaire classiques (obésité, hypertension, hypercholestérolémie), et  en plus dans cette cohorte, les patients recevaient bien les traitements de prévention  de l’atteinte cardiovasculaire (43% étaient sous statine  et 39,7% sous inhibiteur du système rénine-angiotensine).   Les auteurs évoquent  le rôle de l’inflammation comme cause de ce surrisque et réaffirment  l’impact du contrôle glycémique.

Vendredi 28 Novembre 2014

Lu 626 fois

Nouveau commentaire :

Votre avis nous intéresse. Cependant, Libé refusera de diffuser toute forme de message haineux, diffamatoire, calomnieux ou attentatoire à l'honneur et à la vie privée.
Seront immédiatement exclus de notre site, tous propos racistes ou xénophobes, menaces, injures ou autres incitations à la violence.
En toutes circonstances, nous vous recommandons respect et courtoisie. Merci.

Actualité | Monde | Société | Régions | Horizons | Economie | Culture | Sport | Ecume du jour | Entretien | Archives | Vidéo | Expresso | En toute Libé | L'info | People | Editorial | Post Scriptum | Billet | Rebonds | High-tech | Vu d'ici | Scalpel | Chronique littéraire | Billet | Portrait | Au jour le jour | Edito | Sur le vif











Mots Croisés